LA RU­MEUR DES CRUES

L'Obs - - Grands Formats - VIOLETTE LAZARD

Au tout dé­but du mois de juin der­nier, après des pluies ex­cep­tion­nelles, des crues dé­vastent la Seine-et-Marne et la hausse pé­rilleuse du ni­veau de la Seine ré­veille des craintes : Pa­ris va-t-il être sub­mer­gé à son tour ? Les té­lés sont en boucle, les com­men­ta­teurs s’in­quiètent de sa­voir ce qu’il faut faire pour évi­ter cette ca­tas­trophe an­non­cée… et les mal­chan­ceux qui sont dé­jà sous l’eau et cherchent, comme n’im­porte quel in­di­vi­du dans la peine, une ex­pli­ca­tion à leur mal­heur font le lien. Les inon­da­tions qu’ils su­bissent n’ont rien de na­tu­rel, elles sont dues aux ma­noeuvres qui ont été faites pour « sau­ver Pa­ris ». Ap­pe­lés à la res­cousse par di­vers jour­naux, géo­logues et in­gé­nieurs hy­drau­liques tentent d’ar­rê­ter la ru­meur par des élé­ments ra­tion­nels. Le soup­çon n’a au­cun fon­de­ment ; dé­pla­cer une telle masse d’eau est tech­ni­que­ment im­pos­sible. Et les spé­cia­listes des lé­gendes ur­baines notent que l’ac­cu­sa­tion est ré­cur­rente. Dé­jà en 2001, lors d’inon­da­tions de la Somme, on avait vu se pro­pa­ger le même ca­nard, ap­puyé alors sur un plan en­core plus cir­cons­tan­cié : si on avait « sau­vé Pa­ris » en inon­dant la Somme, c’était pour ne pas gâ­cher la can­di­da­ture de Pa­ris aux jeux Olym­piques au mo­ment pré­cis où était at­ten­due une dé­lé­ga­tion du CIO. Cette an­née, on au­rait pu aus­si ten­ter de gué­rir le mal par le mal en op­po­sant un com­plo­tisme à un autre. Alors même que les vil­lages de Sei­neet-Marne sou­te­naient mor­di­cus qu’« on » les sa­cri­fiait pour main­te­nir Pa­ris au sec, Stop Men­songes, une des of­fi­cines conspi­ra­tion­nistes, af­fir­mait tout de go que Hol­lande, vou­lant écra­ser les grèves contre la loi tra­vail qui pa­ra­ly­saient le pays, était en train d’or­ga­ni­ser son inon­da­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.