Ana­to­mie d’un couple

LES DEUX PIGEONS, PAR ALEXANDRE POS­TEL, GAL­LI­MARD, 230 P., 19 EU­ROS.

L'Obs - - Critiques - GRÉ­GOIRE LEMÉNAGER

Le titre est pi­qué à La Fon­taine. Cinq vers de ses « Deux Pigeons » le confirment en exergue, avec cet am­bi­tieux pro­gramme : « Te­nez-vous lieu de tout, comp­tez pour rien le reste. » C’est pour­tant d’abord au Pe­rec des « Choses » qu’on pense en voyant com­ment Théo­dore et Do­ro­thée, jeune couple pa­ri­sien des an­nées 2000, partent à la chasse au bon­heur en s’ap­pli­quant à meu­bler leur deux-pièces et à cui­si­ner des sal­si­fis bio avant de se ré­fu­gier dans les sur­ge­lés Pi­card. Mais, par­mi les in­fluences d’Alexandre Pos­tel (pho­to), Gon­court du pre­mier ro­man 2013, ce ra­bat­joie de Flau­bert n’est pas loin non plus. Avec une iro­nie cruel­le­ment a ec­tueuse et des cha­pitres thé­ma­tiques qui s’en­chaînent comme dans « Bou­vard et Pé­cu­chet », son ex­cellent ro­man aborde tout ce qui fait du pa­ri conju­gal une des grandes aven­tures contem­po­raines (sexua­li­té, po­li­tique, ma­riage, pa­ter­ni­té…). C’est sou­vent très drôle, par­fois un peu mécanique, tou­jours fi­ne­ment ob­ser­vé. « Le couple est un théâtre où on se fait la co­mé­die », ré­sume une prof de tan­go. La vie aus­si, dé­couvrent les hé­ros or­di­naires de Pos­tel en perdant quelques plumes au pas­sage. Les pigeons de la farce, c’est eux, c’est vous, c’est nous.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.