Plus nulle la vie

PRICE, PAR STEVE TESICH, TRA­DUIT PAR JEANINE HÉRISSON ET MON­SIEUR TOUS­SAINT LOUVERTURE, POINTS SEUIL, 518 P., 8,50 EU­ROS.

L'Obs - - Critiques - DA­VID CAVIGLIOLI

Steve Tesich est né serbe, en 1942. Il est ar­ri­vé à 15 ans aux Etats-Unis, a ap­pris l’an­glais, puis est de­ve­nu scé­na­riste et dra­ma­turge. En 1996, il a fait une crise car­diaque. En France, on le connaît sur­tout pour « Ka­roo », son grand ro­man post­hume, qui a ob­te­nu un énorme suc­cès en 2012. On peut lire son pre­mier livre, bi­jou dé­pres­sif pa­ru en 1982 : un an­ti-ro­man d’ap­pren­tis­sage, dans le­quel un jeune hé­ros ap­prend qu’il n’y a rien à ap­prendre. Da­niel Price a 18 ans. Son père va mou­rir, et lui traîne dans Chi­ca­go, à la re­cherche d’« in­dices sus­cep­tibles de lui in­di­quer le che­min qu’il [doit] suivre dans la vie ». Amou­reux d’une fille qui le fuit, dé­cou­vrant que la vie est une en­fi­lade de grands et de pe­tits pro­blèmes, il mé­dite sur « cette exis­tence qu’il [va] fal­loir vivre jour après jour ». Son père lui livre le grand se­cret, qui est apai­sant mais ne sert à rien : « Ce n’est pas si ter­rible, le mal­heur. Ça pa­raît a reux au dé­but mais on fi­nit par s’y ha­bi­tuer. Pour­quoi moi ? Oui, pour­quoi moi, se de­mande-t-on les pre­miers temps. Mais en­suite, on s’ha­bi­tue… »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.