Wo­lins­ki mo­ra­liste

LE BON­HEUR EST UN MÉ­TIER, PAR WO­LINS­KI, GLÉ­NAT, 320 P., 29,50 EU­ROS.

L'Obs - - Cri­tiques - AR­NAUD GONZAGUE

Quand il est tom­bé sous les balles des frères Koua­chi, le 7 jan­vier 2015, Wo­lins­ki était re­gar­dé comme un des­si­na­teur un peu rin­gard, au­teur de cro­bards po­li­tiques pous­sifs dans « Match » et « le Jour­nal du Di­manche », et dont le goût pour les pe­tites femmes à poil et les gros ci­gares sem­blait dé­pas­sé. Le grand mé­rite de ce beau livre com­po­sé de des­sins, de textes et d’ex­traits de jour­nal in­time, ras­sem­blés par Vir­gi­nie Ver­nay, la der­nière com­pagne de Ca­van­na, est de nous don­ner à voir un Wo­lins­ki tendre, pro­fond et même mé­lan­co­lique. En­fant d’un en­tre­pre­neur de Tu­nis as­sas­si­né par l’un de ses em­ployés, veuf d’une femme morte très jeune dans un ac­ci­dent de voi­ture, des­si­na­teur com­plexé, ci­toyen à l’en­ga­ge­ment po­li­tique confus, le pi­lier d’« Ha­ra-Ki­ri » et de « Char­lie Heb­do » n’a pas eu une vie très rose. Par or­gueil, par pu­deur, il a chait cette fausse dé­sin­vol­ture sa­lace, cet op­por­tu­nisme ri­go­lard qui le fai­sait ado­rer ou dé­tes­ter du pu­blic de son temps. Ga­geons que la pos­té­ri­té re­tien­dra sur­tout le mo­ra­liste, for­geur de beaux apho­rismes. L’un lui al­lait comme un gant : « Sans la peur, il n’y au­rait pas d’hu­mour. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.