10 choses à sa­voir sur… Me­la­nia Trump

Troi­sième épouse de Do­nald Trump, l’ex-man­ne­quin amé­ri­ca­no-slo­vène va de­ve­nir la pre­mière dame des Etats-Unis

L'Obs - - Sommaire - JÉ­RÉ­MY HÉBRAS

1 SUR­PRISE Pre­mière First La­dy de l’his­toire dont l’an­glais n’est pas la langue ma­ter­nelle, Me­la­nia Trump est sou­vent ré­su­mée à son pas­sé de man­ne­quin et à ses vingt-quatre ans d’écart avec le ma­gnat de l’im­mo­bi­lier. Comment pren­dra-t-elle la suite de la très po­pu­laire Mi­chelle Oba­ma? Une chose est sûre : elle n’était pas pré­des­ti­née à vivre un jour à la Mai­sonB­lanche. 2 TRA­DI­TION Lors de la conven­tion ré­pu­bli­caine en juillet, elle a re­pris dans son dis­cours plu­sieurs pas­sages de l’al­lo­cu­tion de Mi­chelle Oba­ma en 2008 à la conven­tion dé­mo­crate. Un faux pas de­vant plus de 20 mil­lions de té­lé­spec­ta­teurs qui a fait d’elle la ri­sée des ré­seaux so­ciaux. Echau­dée, elle se tient dé­sor­mais en re­trait et évite de prendre la pa­role en pu­blic. En 1999, alors que Do­nald Trump rê­vait dé­jà de se pré­sen­ter à la pré­si­den­tielle, elle confiait qu’en cas de vic­toire elle se­rait une pre­mière dame « très tra­di­tion­nelle » : « Comme Bet­ty Ford ou Ja­ckie Ken­ne­dy. » 3 POTICHE Quand Do­nald a an­non­cé sa can­di­da­ture en juin 2015, elle n’est même pas mon­tée sur scène, lais­sant la place à Ivan­ka, la fille ché­rie et la conseillère de son père. Ivan­ka est la fi­gure fé­mi­nine la plus pré­sente aux cô­tés du can­di­dat. Me­la­nia pré­fère s’oc­cu­per de Bar­ron, leur fils de 10 ans. Et quand son ma­ri parle d’elle, c’est pour se van­ter d’avoir épou­sé un man­ne­quin : « Où est mon top-mo­dèle? » a-t-il lan­cé lors d’un mee­ting en Penn­syl­va­nie. 4 IM­PO­PU­LA­RI­TÉ Dé­but août, un son­dage « Washington Post »-ABC News in­di­quait que Me­la­nia Trump était la moins po­pu­laire des épouses de can­di­dats de­puis… Hilla­ry Clin­ton. Mais après l’élec­tion de Trump, faut-il en­core faire confiance aux son­dages ? 5 MODE L’his­toire du couple Trump est liée à l’uni­vers de la mode, des man­ne­quins et des paillettes. Me­la­nia a ren­con­tré Do­nald en 1998, à New York, au cours d’une soi­rée or­ga­ni­sée par le pa­tron d’une agence de man­ne­quins. Il la drague, mais elle le re­pousse car il est ve­nu ac­com­pa­gné d’une autre femme. Six ans plus tard, le mil­liar­daire fait sa de­mande lors du ga­la du Cos­tume Ins­ti­tute, au Me­tro­po­li­tan Mu­seum. 6 BOBARDS A l’ins­tar de son ma­ri, qui a don­né aux fact-che­ckers toutes les peines du monde à re­cen­ser les men­songes qu’il a pro­fé­rés au cours de la cam­pagne, elle en­tre­tient un rap­port pour le moins dis­tant à la vé­ri­té. Deux jour­na­listes slo­vènes qui lui ont consa­cré une bio­gra­phie ont ré­vé­lé que sa mère ne tra­vaillait pas « dans la mode », comme elle l’af­fir­mait, mais qu’elle était em­ployée dans une usine de tex­tile d’Etat. Et, con­trai­re­ment à ce qu’on a pu lire sur son site, Me­la­nia n’est pas di­plô­mée en

ar­chi­tec­ture et de­si­gn. 7 SLO­VÉ­NIE La pro­chaine First La­dy semble avoir cou­pé les ponts avec son pays na­tal. Elle n’évoque presque ja­mais ses ori­gines. Quand son pays ob­tient son in­dé­pen­dance, en 1991, elle ne pense dé­jà qu’à sa car­rière de man­ne­quin. Dans un por­trait que lui a consa­cré « Va­ni­ty Fair », on ap­prend qu’avant leur ma­riage Do­nald et elle ne se sont ren­dus en­semble en Slo­vé­nie qu’une fois pour voir sa fa­mille… et pen­dant trois heures! Et au ma­riage, au­quel le couple Clin­ton a as­sis­té, seule­ment trois Slo­vènes étaient pré­sents. 8 BAR­RON Me­la­nia a tout dit sur son fils au site Pa­ren­ting.com. Comme son père, il aime por­ter l’en­semble cos­tu­me­cra­vate et jouer au golf. Comme son père, « il vire les nou­nous et les femmes de mé­nage ». « C’est un pe­tit gar­çon re­belle, at­ta­chant et in­tel­li­gent. Il a des idées ar­rê­tées et sait exac­te­ment ce qu’il veut. Par­fois je l’ap­pelle “Pe­tit Do­nald”. Phy­si­que­ment, il tient de nous deux, c’est en rai­son de sa per­son­na­li­té que je l’ap­pelle comme ça. » 9 ÉCHEC En 1992, elle tente de lan­cer sa car­rière de man­ne­quin en Slo­vé­nie en par­ti­ci­pant au concours du look de l’an­née du ma­ga­zine « Ja­na ». A la clé pour les trois ga­gnantes, des contrats dans la mode à Paris, Mi­lan et Vienne. Me­la­nia, qui a dé­jà tour­né une pu­bli­ci­té pour un sham­pooing, échoue en fi­nale. Un échec qui, se­lon les au­teurs de sa bio­gra­phie, l’au­rait anéan­tie. 10 CRI­TIQUE Elle n’a que mo­dé­ré­ment ap­pré­cié le com­por­te­ment co­lé­rique et ju­vé­nile de son ma­ri du­rant la cam­pagne. « Ma femme et ma fille m’ont dit : “Sois plus pré­si­den­tiel” », a dé­cla­ré Do­nald. Dans une in­ter­view à CNN, où on lui de­mande ce qu’elle ai­me­rait que son ma­ri change, elle a ré­pon­du sans hé­si­ter : « Twit­ter ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.