“Un fonds eu­ro­péen pour la dette de la Dé­fense”

L'Obs - - En Couverture - Par THIER­RY BRE­TON, PDG DU GROUPE ATOS, EX-MI­NISTRE DE L’ÉCO­NO­MIE (2005-2007), ET SOU­TIEN D’ALAIN JUP­PÉ

les Fran­çais et les Eu­ro­péens ont peur du dé­clas­se­ment. Peur pour leur ave­nir en rai­son du dé­fi­cit de crois­sance et de la perte de vi­si­bi­li­té dus, no­tam­ment, au sur­en­det­te­ment du pays. Ils ont par ailleurs un sen­ti­ment crois­sant d’in­sé­cu­ri­té. Mon pro­jet de fonds eu­ro­péen ré­pond à ces deux pré­oc­cu­pa­tions ma­jeures qui nour­rissent le po­pu­lisme. Le fonds ra­chè­te­rait l’en­semble des dettes de chaque pays de la zone eu­ro liées à leur dé­fense. Il re­pren­drait ain­si 730 mil­liards à la France, 560 mil­liards à l’Al­le­magne, etc. Abon­dé à hau­teur de 1,2% de PIB de chaque pays, il se­rait fi­nan­cé par des obli­ga­tions à 50 ans à des taux his­to­ri­que­ment bas. Le fonds rem­bour­se­rait par ailleurs jus­qu’à la moi­tié des fu­tures dé­penses de Dé­fense de chaque Etat dès lors qu’elles sont mu­tua­li­sables au ni­veau eu­ro­péen, sans que cha­cun re­nonce à sa sou­ve­rai­ne­té. L’en­det­te­ment de la France re­tom­be­rait de 95% à 62% du PIB. Nous re­trou­ve­rions les moyens d’in­ves­tir pour l’ave­nir, de fi­nan­cer la crois­sance, les ré­formes et la re­dis­tri­bu­tion. La dette re­ve­nue à un ni­veau sup­por­table, cha­cun, en vé­ri­té, pour­rait re­prendre en main son des­tin, ras­su­rer l’en­semble de ses ci­toyens tout en ayant ren­for­cé la dé­fense eu­ro­péenne com­mune. Re­cueilli par C. S.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.