Coup de froid sur la COP

L'Obs - - En Couverture - Par AR­NAUD GONZAGUE

l e ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique est un concept in­ven­té par la Chine pour pé­na­li­ser l’in­dus­trie amé­ri­caine. » Non, ce n’est pas une brève de comp­toir, mais un pro­pos po­li­tique te­nu par le can­di­dat Trump, qui consi­dère que la pla­nète ne se ré­chauffe pas le moins du monde : « Le temps change de­puis tou­jours, il y a des tem­pêtes et de la pluie et du beau temps. » Les né­go­cia­teurs de la confé­rence mon­diale sur le cli­mat (COP22), qui se tient en ce mo­ment à Mar­ra­kech, s’ar­rachent les che­veux, car le nou­veau lo­ca­taire de la Mai­son-Blanche a pro­mis d’en­ter­rer l’Ac­cord de Paris (qui vise à ré­duire les gaz à ef­fet de serre pour ne pas dé­pas­ser 2 °C de ré­chauf­fe­ment) ar­ra­ché de haute lutte à la der­nière COP. Pour­quoi? Parce que les ef­forts liés à cet ac­cord « vont tuer l’em­ploi et le commerce ». Lui ne voit en ef­fet de crois­sance éco­no­mique qu’en gris – la cou­leur des éner­gies sales. Il ne veut pas fer­mer les cen­trales à char­bon et au contraire en­tend faire rou­vrir les mines. Il va en­cou­ra­ger la frac­tu­ra­tion des sols à qui mieux mieux pour en ex­traire le gaz de schiste. Il va ex­hu­mer le pro­jet Keys­tone, cet oléo­duc gi­gan­tesque qui tra­ver­se­ra les EtatsU­nis pour ache­mi­ner le pé­trole ca­na­dien jus­qu’aux raf­fi­ne­ries amé­ri­caines et que Ba­rack Oba­ma, sur pres­sion des éco­lo­gistes, avait mis dans un ti­roir. Quant aux éner­gies re­nou­ve­lables, Trump n’est pas contre, mais à son goût, elles sont « coû­teuses » en sub­ven­tions pu­bliques. C’est em­bê­tant, d’au­tant que l’éo­lien, c’est « bruyant ».

Ma­ni­fes­tants an­ti-Trump à New York, le 12 no­vembre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.