Sun Ra sur Sa­turne

THE DEFINITIVE 45S COL­LEC­TION, 1952-1991, SUN RA (3 CD, STRUT).

L'Obs - - Critiques - BER­NARD GÉNIÈS

Com­bien d’al­bums au comp­teur ? Of­fi­ciel­le­ment plus de deux cents, la plu­part en­re­gis­trés pour Sa­turn, la­bel de disques qu’il avait créé au dé­but des an­nées 1950. Pia­niste, com­po­si­teur et joyeux mys­tique, l’Amé­ri­cain Sun Ra (né en 1914 en Ala­ba­ma) ju­rait avoir connu une autre vie avant sa nais­sance et avoir été éle­vé sur Sa­turne. Re­des­cen­du sur terre, cet ex­tra­or­di­naire show­man pro­mè­ne­ra son « Ar­kes­tra » (big band à géo­mé­trie va­riable) sur tous les ter­ri­toires de la mu­sique, entre jazz et free jazz, blues et gos­pel, fu­sion et mu­sique contem­po­raine. La ré­édi­tion de ses singles, dont bon nombre étaient de­ve­nus in­trou­vables, offre l’oc­ca­sion de re­grim­per dans le vais­seau in­ter­stel­laire de cet illu­mi­né qui pro­met­tait de dé­mas­quer Bat­man (« I’m Gon­na Un­mask the Bat­man »), pré­ve­nait de l’apo­ca­lypse nu­cléaire (« Nu­clear War ») ou tout sim­ple­ment ba­lan­çait un ju­teux « Big Ci­ty Blues ». L’in­croyable Sun Ra n’est pas mort en 1993. Il est tou­jours là. Comme Da­vis, comme Col­trane, comme Monk. Et, bien sûr, comme Sa­turne.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.