LE DIS­CIPLE PAR KIRILL SEREBRENNIKOV

L'Obs - - Critiques - P. M.

Drame russe, avec Pe­tr Sk­vort­sov, Vic­to­ria Isa­ko­va, Yu­liya Aug (1h58).

Ly­céen vi­vant seul avec sa mère, Ve­nia­min s’op­pose sans re­lâche aux com­por­te­ments que son ob­ses­sion de la re­li­gion lui fait te­nir pour obs­cènes. A grand ren­fort de ci­ta­tions de la Bible, qui s’ins­crivent à l’écran, l’ado­les­cent af­fronte ses ca­ma­rades, sa mère, ses maîtres, et contre­dit l’en­sei­gne­ment de la (jo­lie) prof de bio­lo­gie, qui a osé par­ler de sexua­li­té au moyen d’une ca­pote et d’une ca­rotte. Ve­nia­min crie au scan­dale, la di­rec­tion de l’éta­blis­se­ment donne tort à l’en­sei­gnante, la­quelle de­vient la cible préférée du ga­min. Le­quel en­rôle un dis­ciple, un pauvre boi­teux, souffre-dou­leur de la classe. Le monde que dé­crit Kirill Serebrennikov dans son qua­trième film, dé­ri­vé d’une pièce al­le­mande, est ter­ri­fiant. Fil­mant pour l’es­sen­tiel en longs plans-sé­quences, le ci­néaste fait montre d’une maî­trise et d’une vir­tuo­si­té peu com­munes. Quant aux in­ter­prètes, ils sont ren­ver­sants. Ce film pas­sion­nant, et d’une rare intelligence, est aus­si, du fait des thèmes qu’il aborde, un spec­tacle qu’on peut ju­ger éprou­vant.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.