THEEB, LA NAIS­SANCE D’UN CHEF PAR NAJI ABU NOWAR

L'Obs - - Critiques - F. F.

Drame jor­da­nien, avec Ja­cir Eid, Has­san Mut­lag (1h40).

En 1916, tan­dis que la Grande Guerre ra­vage l’Eu­rope et en­flamme l’Em­pire ot­to­man, un of­fi­cier bri­tan­nique (La­wrence d’Ara­bie?) ap­pa­raît dans le dé­sert, prend contact avec les Bé­douins et de­mande qu’on le guide. Un jeune homme, Hus­sein, se pro­pose. Et son pe­tit frère de 11 ans, Theeb, dé­cide de les suivre. Après une at­taque de ban­dits, Theeb de­vra lut­ter pour sa sur­vie, et ai­der l’homme qui a tué son frère... Ce film en 16 mm est mo­deste dans ses moyens, mais grand par son am­bi­tion – une des­ti­née hu­maine dans un dé­sert hé­ri­té de Da­vid Lean. Tous les ac­teurs sont des non-pro­fes­sion­nels, et le réa­li­sa­teur, Naji Abu Nowar, fait ici ses dé­buts : ré­cit d’ap­pren­tis­sage, épo­pée mi­neure, fable mo­rale sur les consé­quences de la guerre, le film (nom­mé pour l’os­car) est, se­lon le réa­li­sa­teur, le pre­mier « wes­tern arabe ». Une réus­site.

Dans « Un mau­vais pan­ta­lon », Wal­lace et Gro­mit acueillent un nou­veau lo­ca­taire, un pin­gouin.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.