La grande ef­fer­ves­cence

Trente-deux bou­teilles de cham­pagne qui sont aus­si de grands vins. Les choix de “l’Obs” pour des ré­veillons in­ou­bliables

L'Obs - - Champagnes Et Vins - Par AN­TOINE GERBELLE

Char­don­nays/blancs de blancs

La no­tion de blanc de blancs n’est pas liée à la Cham­pagne. Elle dé­signe un vin is­su ex­clu­si­ve­ment de rai­sins blancs. Ici les blancs de blancs sont is­sus du char­don­nay (29 % des sur­faces plan­tées). Très ra­re­ment cette men­tion peut aus­si être por­tée sur des champagnes is­sus de pe­tit mes­lier, d’ar­bane ou de pi­not blanc, trois autres rai­sins blancs au­to­ri­sés dans l’ap­pel­la­tion et re­mis au goût du jour. Le cham­pagne pur char­don­nay était ja­dis l’apa­nage de la côte des Blancs, à la ver­ti­cale sud d’Eper­nay, et de quelques îlots pri­vi­lé­giés au sol crayeux de la Mon­tagne de Reims (Ver­ze­nay) et de l’Aube (Mont­gueux). Les blancs de blancs de la côte des Blancs sont ré­pu­tés pour leur fi­nesse et leur vi­va­ci­té. Ceux is­sus de la val­lée de la Marne sont plus ronds, im­mé­diats, frui­tés. Dans la Mon­tagne de Reims, les char­don­nays sont puis­sants et vi­neux. Ces blancs de blancs s’ap­pré­cient sur­tout en apé­ri­tif et sur tous les pro­duits de la mer.

COMPLANTÉE EX­TRA BRUT

1 Agra­part et Fils Pas­cal Agra­part pos­sède un su­perbe pa­tri­moine de grands crus dans la fa­meuse côte des Blancs. Dans ce Complantée il laisse jouer sur le ter­roir d’Avize un sex­tuor de cé­pages (pi­not noir, pi­not meu­nier, pi­not blanc, ar­bane, pe­tit mes­lier et char­don­nay) qui dé­fend un équi­libre aé­rien, une bouche cré­meuse, com­plexe. Tout pu­blic et rare. En­vi­ron 55 €. Tél. : 03-26-57-51-38.

VER­TUS PRE­MIER CRU COEUR DE TER­ROIR 2005

Pas­cal Do­quet Laure et Pas­cal Do­quet signent des char­don­nays (leur spé­cia­li­té) to­niques et sa­vou­reux dont le cô­té sa­lé met les pa­pilles en ap­pé­tence. Fai­ble­ment do­sé, cré­meux à sou­hait, ce 2005 res­ti­tue en sté­réo­pho­nie la ma­tu­ri­té et la mi­né­ra­li­té. En­thou­sias­mant. En­vi­ron 43 €. Tél. : 03-26-52-16-50.

L’ORI­GI­NALE EX­TRA BRUT

Pierre Ger­bais Un jus rare is­su de 24 ares de pi­not blanc plan­tés en 1904, com­mer­cia­li­sé après cinq ans de cave. En bouche il évoque la mi­né­ra­li­té de cha­blis, ha­billée d’une ma­tu­ri­té cro­quante, aux sa­veurs de man­da­rine et fruits jaunes. Epa­te­ra les plus connais­seurs. En­vi­ron 49 €. Tél. : 03-25-38-51-29.

BLANCS DE BLANCS GRAND CRU

Lal­lier Nez cré­meux, notes pâ­tis­sières et brio­chées. Bouche riche, ronde, va­nillée et vineuse. Il ex­prime avec jus­tesse le char­don­nay sur les terres riches d’Aÿs. En­vi­ron 38 €. Tél. : 03-26-55-43-40. Le Mes­nil Cette cu­vée de la co­opé­ra­tive du Mes­nil o re une bulle fine, cré­meuse, une fi­nale fraîche et ten­due, avec un ac­cent de pomme gran­ny. Elle fait sa­li­ver. Belle fi­nale ty­pée par la craie du Mes­nil. En­vi­ron 26 €. Tél. : 02-26-57-53-23.

GRAND CRU CHOUILLY 2008

AR Le­noble Cu­vée si­gna­ture de la mai­son, ex­prime la ron­deur, le vo­lume et l’es­prit dia­phane et courbe des char­don­nays du Chouilly de Chouilly. Grand vin de table. En­vi­ron 50 €. Tél. : 03-26-58-42-60.

LES CHETILLONS 2008

Pierre Pé­ters Une rare al­longe en den­telle vive, une tex­ture sa­vou­reuse, beau­coup de ma­tière et de notes grillées. Bulles ra­cées. A boire sans ur­gence. En­vi­ron 75 €. Tél. : 03-26-57-50-32.

RÉ­SERVE PRI­VÉE

2 Bru­no Paillard Nez de brioche et pain grillé. Bouche struc­tu­rée, avec du vo­lume et une bulle très douce : les pois­sons cui­si­nés à la crème lui tendent leurs na­geoires. En­vi­ron 55 €. Tél. : 03-26-36-20-22.

COMTES DE CHAM­PAGNE BLANC DE BLANCS 2006

3 Tait­tin­ger Cu­vée ico­nique des blancs de blancs. Ré­duc­tion toas­tée, tex­ture vineuse, il ex­prime le cô­té fa­cile, rond du mil­lé­sime, son manque d’aci­di­té aus­si, ce qui le rend ac­ces­sible jeune. Une bulle dé­li­cate et élé­gante ac­com­pagne une per­sis­tance brio­chée douce. En­vi­ron 115 €. Tél. : 03-26-85-45-35.

NA­TURE CONFI­DENCE 2010

Cham­pagne J. L. Ver­gnon Vous ai­mez les char­don­nays dy­na­miques, ner­veux, qui ré­veillent le pa­lais ? Ce 2010 en­dosse ce rôle pour les fêtes 2016. Fi­nale cré­meuse, fi­ne­ment crayeuse et en­core ci­tron­née. En­vi­ron 60 €. Tél. : 03-26-57-53-86.

EX­TRA BRUT 2005

Clos Ca­zal Ce vrai vi­gnoble clos de murs se si­tue au Mes­nil-surO­ger au mi­lieu de la Côte des Blancs, ce Hollywood fran­çais du char­don­nay. Del­phine Ca­zal veille ja­lou­se­ment sur ces 3,7 hec­tares. Elle y pro­duit un cham­pagne plus souple qu’ha­bi­tuel­le­ment au Mes­nil, d’une re­mar­quable pro­fon­deur de sa­veurs, as­sez doux et pâ­tis­sier en 2005. Char­meur. En­vi­ron 70 €. Tél. : 03-26-57-52-26.

Pi­nots noirs/blancs de noirs

Les vi­gne­rons et quelques mai­sons ont dé­ve­lop­pé ré­cem­ment cette men­tion qui si­gni­fie que le cham­pagne est éla­bo­ré uni­que­ment avec des rai­sins noirs. Rien d’ex­cep­tion­nel puisque le vi­gnoble est plan­té aux deux tiers de cette fa­mille de rai­sins (pi­not noir et meu­nier). Il s’agit sou­vent pour eux de créer une cu­vée sup­plé­men­taire pour éto er leur gamme. Les blancs de noirs ont une lé­gi­ti­mi­té dans les crus ré­pu­tés pour leur pi­not, no­tam­ment sur la Mon­tagne de Reims, dans la val­lée de la Marne et dans l’Aube. Par­mi les vil­lages, ci­tons Bou­zy pour les par­fums, Am­bon­nay pour la puis­sance, Ver­ze­nay et Mailly pour la ten­sion, Les Ri­ceys pour la ma­tu­ri­té proche dans l’es­prit des bour­gognes de l’Yonne voi­sine. Le style des blancs de noirs de pi­not noir est vo­lu­mi­neux, vi­neux, des­ti­né à la table avec des sa­veurs da­van­tage tour­nées vers les fruits rouges que ceux is­sus de pi­not meu­nier, plus direct, avec des notes aci­du­lées et ra­ci­naires. Les bons pi­nots meu­niers sont sur­tout is­sus de vieilles vignes dans la grande val­lée de la Marne. La robe des blancs de noirs est na­tu­rel­le­ment plus tein­tée, pou­vant al­ler des re­flets vieux roses à ceux du bronze do­ré. Un blanc de noirs tein­té, « oeil de perdrix », di­saient les an­ciens, n’est pas une tare. Au contraire, c’est la ga­ran­tie que le jus n’a pas été dé­co­lo­ré, ce qui est mal­heu­reu­se­ment au­to­ri­sé.

CU­VÉE ’M

Bour­geois-Diaz Sec­teur ouest de la Cham­pagne. As­sem­blage de plu­sieurs par­celles avec do­sage aé­rien ; les watts frui­tés du meu­nier (pur) sont là, les ai­gus de l’aci­di­té aus­si, bien ba­lan­cés en fi­nale par une touche ani­sée. Jo­li apé­ro. En­vi­ron 30 €. Tél. : 03-23-82-18-35.

GRAND CRU TRA­DI­TION

Cham­pagne Egly-Ou­riet Fran­cis Egly, le maître du pi­not d’Am­bon­nay. Fran­cis n’est pas bio, ce qui ne l’em­pêche pas de culti­ver ses terres avec soin. Son tré­sor de guerre : des stocks qu’il a pa­tiem­ment construits et lui per­mettent de com­mer­cia­li­ser ses bruts après quatre ans de vieillis­se­ment, dont le Tra­di­tion, plus lar­ge­ment di usé, au frui­té mûr in­tense, sur des notes de fruits blancs au si­rop et leur chair vineuse et pâ­tis­sière. Cra­quant. En­vi­ron 35 €. Tél. : 03-26-57-82-26.

BLANC DE MEU­NIERS

4 Le­clerc-Briant Mai­son en re­nais­sance, en per­pé­tuel mou­ve­ment qui sort de nou­velles cu­vées orien­tées par la bio­dy­na­mie dans un style ac­ces­sible, avec une bulle tendre, des notes de fruits jaunes murs en­traî­nantes. Un verre ap­pelle l’autre. En­vi­ron 89 €. Tél. : 03-26-54-45-33.

MUMM DE VER­ZE­NAY

GH Mumm Par son aro­ma­tique de fruit blanc au si­rop on re­trouve la si­gna­ture des vignes his­to­riques de Mumm à Ver­ze­nay. Une mi­cro cu­vée com­pa­rée au reste de la pro­duc­tion mai­son. La bouche est suave, riche, de belle al­longe. En­vi­ron 60 €. Tél. : 03-26-49-59-69.

CODE NOIR PI­NOT NOIR

Hen­ri Gi­raud Vieille fa­mille (Gi­raud-Hé­mart) et marque jeune lan­cée par Claude Gi­raud au­tour de l’idée qu’« il n’existe pas de grands vins qui ne soient as­so­ciés à une grande fo­rêt ». Une par­tie des vins clairs sont donc vi­ni­fiés en fût de chêne de l’Ar­gonne. Robe bronze, bouche

riche, avec de la puis­sance, de la mache, très cake aux fruits rouges, des ta­nins, des amers en­ve­lop­pés et un rien su­cré. De table. En­vi­ron 85 €. Tél. : 03-26-55-18-55.

VIEILLES VIGNES MEU­NIER 2007

Apol­lo­nis Mi­chel Lo­riot pro­duit un cham­pagne souple, ar­ron­di mais qui est as­sez ferme pour res­ter en bouche et donc har­mo­nieux. Le mil­lé­sime lui donne une fi­nale to­nique. En­vi­ron 41,50 €. Tél. : 03-26-58-34-01.

L’ORIGIN’ELLE

Fran­çoise Be­del A la li­sière de la Cham­pagne et de l’Ile-de-France, Fran­çoise Be­del et son fils Vincent De­sau­beau a nent d’ori­gi­naux champagnes, sur­tout à base de meu­nier. La cu­vée L’Origin’Elle, vieillie mi­ni­mum 5 ans en cave, s’ex­prime dans une bouche aux grains fins, pra­li­nés, avec dou­ceur et re­lief. En­vi­ron 30 €. Tél. : 03-23-82-15-80.

1er CRU BLANC DE NOIRS

5 Go­net-Mé­de­ville Sa robe au re­flet bronze ré­vèle un jus de pi­not de haute ma­tu­ri­té. Il prend ses aises en bouche, en s’ap­puyant sur des notes de cake aux fruits rouges. Tou­jours désal­ta­rant mais de fort ca­rac­tère. En­vi­ron 26 €. Tél. : 03-26-57-75-60.

4 ÉLÉ­MENTS

Hu­ré Une nou­velle gé­né­ra­tion de vi­gne­rons met ici en va­leur les sec­teurs de Ludes et Ville-Dom­mange, des pre­miers crus de la Mon­tagne de Reims. Cette ver­sion pur meu­nier d’une par­celle cal­caire donne un jus éner­gique, hy­per frui­té, brillant dans ses sa­veurs. A dé­cou­vrir. En­vi­ron 56 €. Tél. : 03-26-61-11-20.

EX­TRA BRUT LES BÉGUINES

La Clo­se­rie Jé­rôme Pré­vost se concentre sur le seul meu­nier (sec­teur de Gueux), au­quel il ap­porte pro­fon­deur et per­sis­tance. Un cham­pagne en­tier dans une ma­gni­fique base 2012. En­vi­ron 65 €. Tél. : 03-26-03-48-60.

As­sem­blage

La ma­jo­ri­té des champagnes sont is­sus de l’as­sem­blage de trois cé­pages: char­don­nay, pi­not noir et meu­nier. Le pi­not noir ap­porte à l’as­sem­blage du corps et de la puis­sance, le meu­nier, la sou­plesse et des sa­veurs et par­fums de fruits aci­du­lés. Le char­don­nay sou­tient l’as­sem­blage par sa vi­va­ci­té et son évo­lu­tion plus lente.

BRUT GRANDE RÉ­SERVE

6 Gos­set Dis­crète mai­son qui ne pousse pas sa pro­duc­tion et se concentre sur le long mû­ris­se­ment de ses as­sem­blages. Si sa cu­vée Ce­le­bris est un Must, le plus ac­ces­sible Brut est d’une rare com­plexe pour sa ca­té­go­rie. En­vi­ron 42,50 €. Tél. : 03-26-56-99-56.

PETRAEA NA­TURE

7 Fran­cis Bou­lard & Fille In­ou­bliable cham­pagne éla­bo­ré à par­tir d’une so­le­ra (ou ré­serve per­pé­tuelle) de so­lide na­ture, à la bulle fi­ne­ment ran­cio­tée, vo­lu­mi­neuse et vi­vante. Pou­lardes et grand com­té vont de pair. En­vi­ron 65 €. Tél. : 03-26-61-52-77.

CU­VÉE 739

Jacquesson Is­su du dé­li­cat mil­lé­sime 2011 (deux tiers de ré­colte), il o re pour­tant une gé­né­ro­si­té sa­line per­sis­tante. Des­ti­né aux apé­ri­tifs dî­na­toires. A re­joint l’ex­cep­tion des cu­vées « Ini­tiale » de Se­losse ou Grande Cu­vée de Krug, pour un prix bien plus abor­dable. En­vi­ron 41 € Tél. Tél. : 03-26-55-68-11.

BRUT RÉ­SERVE

Cham­pagne Pol Ro­ger Quel est le meilleur brut de grande mai­son? Nos pa­pilles ba­lancent ac­tuel­le­ment entre Gos­set, Jacquesson, Pol Ro­ger et Roe­de­rer. L’as­sem­blage de Pol Ro­ger s’a rme avec sub­ti­li­té, frui­té, vif, sans ja­mais être agres­sif. Un grand cham­pagne apé­ri­tif par ex­cel­lence. En­vi­ron 32 €. Tél. : 03-26-59-58-00.

RÉ­SERVE NON DO­SÉ

Phi­lip­pon­nat Une marque qui re­vient dans le top 10 des meilleures mai­sons avec des cu­vées par­cel­laires d’ex­cep­tion is­sues de son my­thique co­teau du Clos des Goisses. Tex­ture sa­vou­reuse, bouche cré­meuse, il ne lais­se­ra per­sonne in­di érent. En­vi­ron 32 €. Tél. : 03-26-56-93-00.

FLEUR D’EU­ROPE

Cham­pagne Fleury La fa­mille au­boise Fleury, pion­nière en ma­tière de cul­ture en bio­dy­na­mie, signe là un brut grand pu­blic,

tou­jours as­sez mûr, avec une pointe d’évo­lu­tion miel­lée, vi­ni­fié avec peu de soufre. Gé­né­reux et di­geste. En­vi­ron 30 €. Tél. : 03-25-38-20-28.

Ro­sés

Le ro­sé est une cou­leur en vogue aus­si en Cham­pagne. A l’ori­gine, ces cu­vées étaient éla­bo­rées pour l’es­sen­tiel dans les grands vil­lages his­to­riques du pi­not noir de la grande val­lée de la Marne: Cu­mières, Di­zy, Aÿ, Ma­reuil et ceux du sud de la Mon­tagne de Reims, Am­bon­nay et Bou­zy. Au­jourd’hui, mai­sons et ré­col­tants-ma­ni­pu­lants (les vi­gne­rons qui éla­borent seuls leurs champagnes) pro­duisent du ro­sé. Rap­pe­lons que la ré­gle­men­ta­tion des AOC au­to­rise uni­que­ment la Cham­pagne à pro­duire du vin ro­sé en ajou­tant du vin rouge (de pi­not noir ou de pi­not meu­nier) pour tein­ter le jus blanc avant de le cham­pa­gni­ser. Ce­la donne les champagnes ro­sés les plus fins. L’autre mé­thode, dite de « la sai­gnée », consiste à lais­ser ma­cé­rer les rai­sins dans le pres­soir le temps que les peaux co­lorent le jus. Elle donne des vins co­lo­rés, par­fois presque rouges, plus in­tenses et frui­tés, à boire plus jeunes.

BILLECART-SAL­MON

Le suc­cès non dé­men­ti de­puis vingt ans de cette mai­son fa­mil­liale de Ma­reuil-sur-Aÿ s’est construit sir l’eclat frui­té de son ro­sé, tou­jours di­geste et har­mo­nieux. Le suc­cès se paie. En­vi­ron 60 €. Tél. : 03-26-52-60-22.

CLOS DU MOU­LIN

Cat­tier Un mul­ti-mil­lé­sime (2006, 2007, 2008) qui écrit une nou­velle page de cette sa­ga des grands ro­sés de table. Sa tex­ture char­nue, son vo­lume vi­neux sans lour­deur s’ajus­te­ra au per­dreaux et autres fai­sans. Sa­vou­reux. En­vi­ron 95 €. Tél. : 03-26-03-42-11.

BRUT D

De­vaux Cette marque haut de gamme de la co­opé­ra­tion au­boise s’ins­talle dé­sor­mais en ri­vale des plus grands, sur­tout quand comme ici le pi­not noir, l’ADN du groupe, est bien mûr et ample en bouche. En­vi­ron 47 €. Tél. : 03-25-38-63-85.

AMOUR DE DEUTZ 2007

Deutz Cette cu­vée existe de­puis peu dans cette cou­leur et s’im­pose dé­jà comme un des plus fins et sub­tils ro­sés de Cham­pagne, sans perdre en gé­né­ro­si­té. En­vi­ron 166 € Tél. : 03-26-56-94-00.

GRANDE SENDRÉE 2008

Drappier Des champagnes co­lo­rés, gé­né­reux dans leurs arômes, qui s’ex­priment en bouche par leur vi­no­si­té ter­rienne. Une di­men­sion de ter­roir franche avec une pointe de gen­tiane et de sel ma­rin qui in­ter­pel­le­ra les viandes rô­ties. En­vi­ron 80 €. Tél. : 03-25-27-40-15.

LES TERRES ROSES

Pierre Paillard L’adresse mon­tante des vi­gne­rons de Bou­zy. Une nou­velle gé­né­ra­tion construit ici entre char­don­nay et pi­not noir l’équi­libre d’un ro­sé de table qui se­ra à son som­met dans trois ans face à un pi­geon rô­ti. En­vi­ron 39 €. Tél. : 03-26-57-08-04.

1

2

5

6

7

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.