Is­lam : Fran­çois Fillon sème la confu­sion

L'Obs - - News - Par ABDENNOUR BIDAR Phi­lo­sophe, es­sayiste, spé­cia­liste de l’is­lam et des évo­lu­tions contem­po­raines de la vie spi­ri­tuelle. A. B.

J’ai lu at­ten­ti­ve­ment le livre de Fran­çois Fillon « Vaincre le to­ta­li­ta­risme is­la­mique ». Une ques­tion m’a très vite ac­com­pa­gné. Pour­quoi « is­la­mique » dans le titre puis « is­la­miste » dans le livre lui-même ? Page 48, plus pré­ci­sé­ment : « Si je parle de to­ta­li­ta­risme is­la­miste, c’est en con­nais­sance de cause et non pour faire rou­ler ces mots dans ma bouche. » Le diable est dans les dé­tails, sur­tout quand on parle de re­li­gion… L’is­la­misme, comme l’ex­plique très bien Fran­çois Fillon plus loin, c’est « la mon­tée d’un is­lam ri­go­riste, peu im­porte qu’on l’ap­pelle is­la­misme, sa­la­fisme ou fon­da­men­ta­lisme, et qui est à l’oeuvre par­tout dans le monde, à com­men­cer par le monde mu­sul­man ». En ef­fet, mais alors ma fausse naï­ve­té s’étonne : comment se fait-il que cette pa­tho­lo­gie « is­la­miste » de l’is­lam soit ap­pe­lée « is­la­mique » dans le titre, comme si le mal était dans l’es­sence même de l’is­lam ? Le mot « is­la­mique » dé­signe sim­ple­ment en ef­fet ce qui re­lève de la ci­vi­li­sa­tion de l’is­lam : phi­lo­so­phie is­la­mique, art is­la­mique, re­li­gion is­la­mique, etc., tan­dis qu’« is­la­miste » dé­signe pro­pre­ment ce qui dans cette ci­vi­li­sa­tion re­lève d’un ra­di­ca­lisme re­li­gieux. Le « to­ta­li­ta­risme is­la­miste » ne peut donc pas être qua­li­fié en même temps d’« is­la­mique », ou bien c’est la ci­vi­li­sa­tion même de l’is­lam qui est as­so­ciée à ce to­ta­li­ta­risme… Le titre du livre in­duit très fâ­cheu­se­ment cette confu­sion. Il fait croire que l’is­lam est l’en­ne­mi, alors que c’est l’en­ne­mi de l’is­lam qui est notre en­ne­mi à nous aus­si : ce mal du ra­di­ca­lisme qui dé­na­ture, dé­truit, per­ver­tit au­jourd’hui un peu par­tout la ci­vi­li­sa­tion et la spi­ri­tua­li­té de l’is­lam. A la dé­charge de Fran­çois Fillon, il faut en ef­fet dire et ré­pé­ter que la ci­vi­li­sa­tion de l’is­lam se ca­ri­ca­ture si constam­ment au­jourd’hui qu’elle est me­na­cée d’être re­cou­verte tout en­tière par l’is­la­misme. Le to­ta­li­ta­risme exer­cé par le ra­di­ca­lisme re­li­gieux sur cette ci­vi­li­sa­tion écrase presque par­tout la di­ver­si­té de ses cultures sous le joug d’une re­li­gio­si­té uni­forme, et, si rien n’est fait pour l’em­pê­cher, rien d’autre de­main ne sub­sis­te­ra que cette hé­gé­mo­nie. Lorsque les choses au­ront dé­gé­né­ré à ce point, ce se­ra alors en vain qu’on vou­dra en­core ob­jec­ter que l’is­lam est autre chose que l’is­la­misme… Car on ré­cla­me­ra les droits d’un mort. L’is­la­misme est un is­la­mi­cide. La ci­vi­li­sa­tion de l’is­lam qui pa­raît si conqué­rante est en dan­ger de mort – sa re­con­quête ou conquête d’es­paces dans les so­cié­tés et les consciences est en fait une sorte de mé­ta­stase ou de pro­li­fé­ra­tion can­cé­reuse qui la tue. Et pour dé­non­cer ce­la, je ne peux que re­prendre les ef­forts de mes de­van­ciers Mo­ham­med Ar­koun, Ab­del­wa­hab Med­deb et Ma­lek Che­bel (paix à leurs âmes), qui ont es­sayé de mettre les mu­sul­mans en garde contre l’idéo­lo­gie mor­telle qui conta­mine au­jourd’hui hé­las tant de consciences : « At­ten­tion, ce que vous ap­pe­lez “is­lam” quand vous par­lez de sou­mis­sion à Dieu, de sou­mis­sion à la loi re­li­gieuse, de sou­mis­sion à des règles mo­rales an­ces­trales, de sou­mis­sion des femmes à des rôles et vê­te­ments sté­réo­ty­pés, d’une sou­mis­sion à ve­nir de tous les peuples de la terre à l’is­lam, tout ce­la vous trompe, c’est un is­la­misme qui veut se faire pas­ser pour la spi­ri­tua­li­té au­then­tique de l’is­lam. » Ce­lui-ci ne si­gni­fie pas sou­mis­sion, con­trai­re­ment à ce qui trop sou­vent a été en­sei­gné de­puis le ber­ceau, mais « paix » et « consé­cra­tion de soi au Bien ». Et là, je suis d’ac­cord avec vous, mon­sieur Fillon, « contre Daech, nous livrons un com­bat pour des va­leurs qui ras­semblent tous les êtres de bien, croyants ou non, mo­no­théistes ou pas, chré­tiens, juifs ou mu­sul­mans ».

“CONTRE DAECH, NOUS LIVRONS UN COM­BAT POUR DES VA­LEURS.”

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.