Jup­pé a bien failli se re­ti­rer…

L'Obs - - Le Téléphone Rouge -

Alain Jup­pé a bien son­gé, pen­dant un mo­ment, à se re­ti­rer à l’is­sue du pre­mier tour de la pri­maire. Le 20 no­vembre, très vite après avoir pris con­nais­sance des ré­sul­tats, le maire de Bor­deaux a té­lé­pho­né à Thier­ry So­lère, pré­sident du co­mi­té d’or­ga­ni­sa­tion

de la pri­maire. « Avec la par­ti­ci­pa­tion à ce pre­mier tour, les sommes ré­col­tées se­raient-elles suf­fi­santes pour as­su­mer le

coût to­tal de l’or­ga­ni­sa­tion ? », lui a-t-il de­man­dé. En clair, le par­ti pour­rait-il faire face aux dé­penses qu’il a en­ga­gées sans la nou­velle manne es­pé­rée du se­cond tour, chaque élec­teur de­vant payer 2 eu­ros ? Ré­ponse de So­lère : « Pas de pro­blème. » Après quoi, Jup­pé s’est en­fer­mé avec quelques proches, puis seul avec sa femme Isa­belle. Au­tour de lui, peu ont plai­dé pour le re­trait de la course, comme son ex-conseiller à Ma­ti­gnon Pierre-Ma­thieu Du­ha­mel. Jean-Pierre Raf­fa­rin et Edouard Phi­lippe conseillaient, eux, de ne pas rac­cro­cher les gants. Un quart d’heure plus tard, Jup­pé a an­non­cé qu’il « conti­nu[ait]

le com­bat ». Une se­maine plus tard, il n’a guère été ré­com­pen­sé de sa pug­na­ci­té. CAROLE BARJON

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.