BARTOLONE SE RE­BIFFE

L'Obs - - Le Téléphone Rouge -

Au Par­ti so­cia­liste, le pré­sident de l’As­sem­blée na­tio­nale est un élé­phant re­muant. A la tri­bune du ras­sem­ble­ment de Mar­tine Au­bry, le 26 no­vembre, il a plai­dé pour une pri­maire op­po­sant tous les re­pré­sen­tants de la gauche, de Ma­cron à Mé­len­chon… En pas­sant par Valls et Hol­lande! Cette in­vite à la guerre ou­verte entre les deux têtes de l’exé­cu­tif n’est pas pas­sée in­aper­çue.

2005. Le non contre Hol­lande Porte-flingue de Fa­bius, Bartolone a for­te­ment in­ci­té son pa­tron à prendre po­si­tion contre le trai­té consti­tu­tion­nel eu­ro­péen afin de prendre le contrôle du PS alors di­ri­gé par Hol­lande. D’où une pro­fonde et du­rable di­vi­sion au sein des so­cia­listes.

2008. Le com­plot an­ti-Royal Au con­grès de Reims, le fa­biu­sien Bartolone s’est as­so­cié au strauss-kah­nien Cam­ba­dé­lis pour convaincre Mar­tine Au­bry de de­ve­nir pre­mière se­cré­taire. Ob­jec­tif: écar­ter Sé­go­lène Royal de la course à l’Ely­sée.

2016. Ha­ro sur l’Ely­sée ! Vexé du ju­ge­ment peu amène de Hol­lande dans le livre « Un pré­sident ne de­vrait pas dire ça… », Bartolone roule dé­sor­mais pour Valls.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.