HOUILLON JUGE LES MI­NISTRES

L'Obs - - Le Téléphone Rouge -

Des douze par­le­men­taires ap­pe­lés à ju­ger la di­rec­trice gé­né­rale du Fonds mo­né­taire in­ter­na­tio­nal, Ch­ris­tine La­garde, ren­voyée de­vant la Cour de Jus­tice de la Ré­pu­blique pour l’affaire Ta­pie-Cré­dit lyon­nais, un seul a sié­gé de­puis la créa­tion de cette ins­ti­tu­tion en 1993: le dé­pu­té (LR) du Val-d’Oise Phi­lippe Houillon. « Comme les autres fois, je me suis por­té can­di­dat au sein de mon groupe po­li­tique pour être ju­ré, et je n’ai pas été contes­té », ob­serve cet avo­cat de for­ma­tion. A ce titre, il a eu à se pro­non­cer sur les quatre dos­siers jusque-là trai­tés par cette ju­ri­dic­tion d’ex­cep­tion ha­bi­li­tée à ju­ger les in­frac­tions commises par les membres du gou­ver­ne­ment dans l’exer­cice de leurs fonc­tions. « Il y a eu deux grosses af­faires, celle du sang conta­mi­né [im­pli­quant Laurent Fa­bius, Geor­gi­na Du­foix, tous deux re­laxés, et Ed­mond Her­vé, NDLR], et l’affaire Pas­qua », dé­taille Houillon. L’an­cien mi­nistre de l’In­té­rieur avait été condam­né. Les deux autres dos­siers vi­saient Sé­go­lène Royal, re­laxée dans un pro­cès en dif­fa­ma­tion, et l’an­cien se­cré­taire d’Etat de Fran­çois Mit­ter­rand, char­gé des Han­di­ca­pés, Mi­chel Gilli­bert, qui a été condam­né.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.