LA NOU­VELLE JEU­NESSE DES EX-RG

L'Obs - - Grands Formats -

Le ser­vice au­rait dû mou­rir en 2008, sa­cri­fié au pro­fit du « FBI à la fran­çaise » (la DCRI, de­ve­nue DGSI) vou­lu par Ni­co­las Sar­ko­zy. Mais de­puis 2014, les ef­fec­tifs des ren­sei­gne­ments ter­ri­to­riaux ne cessent de gon­fler. Il comp­te­ra l’an pro­chain 2 700 agents. Tra­di­tion­nel­le­ment, le Ser­vice cen­tral de Ren­sei­gne­ment ter­ri­to­rial (SCRT) est char­gé de sur­veiller tous les mou­ve­ments ra­di­caux – grou­pus­cules d’ex­trême droite, sectes, za­distes ou en­core l’ul­tra­gauche. De­puis l’été 2015, il est éga­le­ment en­tré dans la guerre contre le ter­ro­risme. Il sur­veille au­jourd’hui près de 4 000 per­sonnes, contre 80 il y a deux ans. « Nous de­vons res­ter au plus près des si­gnaux les plus faibles, du moindre si­gna­le­ment, ex­plique Jé­rôme Léon­net, l’ins­pec­teur gé­né­ral à la tête du SCRT. Le risque zé­ro n’existe pas. Mais notre force ré­side dans notre im­plan­ta­tion lo­cale, dans notre maillage ex­cep­tion­nel du ter­ri­toire, qui doit en­core se ren­for­cer dans les mois et an­nées à ve­nir. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.