ROC­CO

PAR THIER­RY DEMAIZIÈRE ET ALBAN TEURLAI

L'Obs - - Critques - NI­CO­LAS SCHALLER

Do­cu­men­taire fran­çais, avec Roc­co Sif­fre­di, Roz­sa Ta­no, Ga­briele Ga­let­ta (1h43).

Roc­co Sif­fre­di, 52 ans, 1 700 films, 6 000 par­te­naires et 24 cen­ti­mètres en ac­tion, se confie. Sur ses démons – son sexe en est un, dit-il. Sur la mort de son frère lors­qu’il était en­fant. Sur le sou­ve­nir de sa mère qui lui sou­rit le jour où elle le sur­prit, ado­les­cent, en train de se mas­tur­ber. Sur son épouse, ses deux fils et son rap­port addictif aux femmes, « de 18 à 70 ans ». Sur­tout, nous le sui­vons dans son quo­ti­dien pro­fes­sion­nel, cette li­ta­nie de tour­nages dont Thier­ry Demaizière et Alban Teurlai captent l’am­bi­gu mé­lange de vio­lence et de pit­to­resque avec un sou­ci es­thé­tique et une pos­ture mo­rale (au­cune pé­né­tra­tion n’est mon­trée) qui n’évitent pas une cer­taine com­plai­sance. De­vant la ca­mé­ra de deux do­cu­men­ta­ristes, son corps ban­dé et ses veines tur­ges­centes donnent à la star du por­no des airs de sta­tue grecque sur le point de se bri­ser. Roc­co est un homme ma­lade de sa vi­ri­li­té. Il est se­con­dé par Ga­briele, son cou­sin et ca­mé­ra­man, qui s’es­saya comme ac­teur X sans suc­cès. Pa­thé­tique per­son­nage de double ra­té, il ap­porte à ce do­cu­men­taire aux ac­cents mor­ti­fères un na­tu­rel et un re­lief qui, pa­ra­doxa­le­ment, manquent à son su­jet.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.