LE VOYAGE AU GROENLAND PAR SÉ­BAS­TIEN BETBEDER

L'Obs - - Critques - F. F.

Co­mé­die fran­çaise, avec Tho­mas Blan­chard, Tho­mas Sci­me­ca, Fran­çois Chat­tot (1h38).

Soit Tho­mas et Tho­mas, l’un et l’autre tren­te­naires, tous deux in­ter­mit­tents du spec­tacle. Entre eux, pas de dif­fé­rences? Si, quelques-unes. Le père d’un des deux Tho­mas vit dé­sor­mais au Groenland, et c’est là qu’ils se rendent, his­toire de chan­ger d’air. C’est là aus­si qu’ils dé­couvrent un monde au­quel ils ne com­prennent pas grand-chose, où rien ne res­semble à ce qu’ils ont connu jus­qu’à pré­sent, où la vie est tout autre. Si « Ma­rie et les nau­fra­gés », le pré­cé­dent film de Sé­bas­tien Betbeder, était sym­pa­thique mais li­mi­té, le jeune ci­néaste a trou­vé ici la me­sure, jouant avec un cer­tain bon­heur du ca­rac­tère lu­naire de ses deux per­son­nages et de leurs in­ter­prètes, bri­co­lant as­sez

ha­bi­le­ment son ré­cit pour que tous ces gens qui entre eux n’ont rien de com­mun et ne se com­prennent pas fi­nissent par for­mer, le temps d’un film, une com­mu­nau­té ca­pable de vivre dans une cer­taine har­mo­nie. C’est sou­vent drôle, in­tel­li­gent et très agréable à suivre.

« Le Voyage au Groenland », une co­mé­die fran­çaise in­tel­li­gente.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.