Onze ans de mal­heur

Dans son nou­veau livre, l’au­teur de “Tes­ta­ment à l’an­glaise” dé­crit une An­gle­terre au bord de la crise de nerfs NU­MÉ­RO 11, PAR JO­NA­THAN COE, TRA­DUIT DE L’AN­GLAIS PAR JO­SÉE KAMOUN, GAL­LI­MARD, 443 P., 23 EU­ROS.

L'Obs - - CRITIQUES - DI­DIER JA­COB

Au dé­but, on doit se pin­cer. Jo­na­than Coe se prend-il pour J. K. Row­ling? Deux ado­les­centes, Ra­chel et Ali­son, cherchent à trom­per leur en­nui dans la pro­vince an­glaise. Une femme mys­té­rieuse, qu’elles sur­nomment la « Folle à l’oi­seau » parce que Ra­chel l’a sur­prise avec un fau­con sur l’épaule, se ré­vèle une proie par­faite pour nos es­pionnes en herbe. N’est-ce pas un ca­davre qu’elle dis­si­mule dans le sous-sol de sa mai­son ? En quête d’émo­tions fortes, Ali­son et Ra­chel s’in­tro­duisent chez la sor­cière, au 11, Need­less Al­ley (le chi re 11 est la mas­cotte du livre). In­utile de pré­ci­ser qu’elles n’y trou­ve­ront pas les hor­reurs qu’elles étaient ve­nues cher­cher. Après un dé­mar­rage à la Har­ry Pot­ter, où Coe ne montre pas la fa­cette la plus ori­gi­nale de son ta­lent, le grand sa­ti­riste re­trouve sa veine acerbe. Les an­nées ont pas­sé. La mère d’Ali­son, une chan­teuse qui connut une gloire éphé­mère avec un unique tube il y a vingt ans, ac­cepte de par­ti­ci­per à une émis­sion de té­lé-réa­li­té, fa­çon « Koh-Lan­ta », dans un dé­cor tro­pi­cal et pa­ra­di­siaque. Sa fille n’est pas seule­ment la spec­ta­trice at­ter­rée du cal­vaire de Val, obli­gée d’ava­ler des sca­ra­bées vi­vants ou de tra­ver­ser des ga­le­ries sou­ter­raines peu­plées d’arai­gnées géantes et d’autres in­sectes ré­pu­gnants. Elle dé­couvre que les spec­ta­teurs de l’émis­sion ont pris sa mère en grippe, et qu’un flot d’in­jures à son en­droit inonde la twit­to­sphère : « T’es moche, je te dis même pas. Bâille­ment, elle m’en­nuie dé­jà. T’as une gueule à ger­ber. T’es vieille. Bouh la sor­cière. Conne de chez conne. » Bref, voi­ci Val Dou­ble­day ha­billée pour l’hi­ver. Avec une douce mé­chan­ce­té, Jo­na­than Coe règle une nou­velle fois ses comptes avec l’An­gle­terre des ta­bloïds, des classes moyennes et des riches mil­liar­daires, qui n’hé­sitent pas à faire creu­ser, sous leurs mai­sons lon­do­niennes, d’in­nom­brables sous-sols pour ac­croître la va­leur de leurs biens. Pen­dant que les su­jets de Sa Ma­jes­té nagent dans de luxueuses pis­cines au ni­veau moins dix de leur ha­bi­ta­tion, des émi­grées rou­maines, en sur­face, pro­mènent les chiens des su­per­riches. Une fable écrite par l’un des meilleurs spé­cia­listes de la fo­lie du temps pré­sent.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.