Wor­king-class Duo

TCR, PAR SLEAFORD MODS (ROUGH TRADE RE­CORDS/ BEGGARS).

L'Obs - - CRITIQUES - FRANTZ HOËZ

Meg White n’était pas com­tesse mais elle jouait pieds nus. Ta­pant sur sa bat­te­rie d’un air va­gue­ment dé­ta­ché, elle ac­com­pa­gnait Jack White. C’étaient les White Stripes, ils n’existent plus. Il y a bien les Black Keys ou les Slaves mais le duo le plus si­dé­rant au­jourd’hui (grosse claque au fes­ti­val Villette So­nique cette an­née) est les Sleaford Mods, de Not­tin­gham. Sur des boucles mi­ni­ma­listes lan­cées par An­drew Fearn, Ja­son William­son scande ses bru­lôts an­ti­ca­pi­ta­listes, dé­non­çant un sys­tème qui ou­blie la classe ou­vrière ; une sorte de hi­phop post-punk. Il faut le voir sur scène, suant comme un boxeur, dé­cla­mer ses textes dans un flow im­pres­sion­nant, avec un ac­cent fai­sant pas­ser Liam Gal­la­gher pour un pré­sen­ta­teur de la BBC, sur la vie quo­ti­dienne des lais­sés-pour-compte de la so­cié­té bri­tan­nique : chô­mage, pe­tits bou­lots sous-payés, en­nui, al­cool… Comme l’a mon­tré l’his­toire ré­cente, ceux qui n’ont ja­mais la pa­role dans les mé­dias peuvent en­core ex­pri­mer leur co­lère et leur peur à tra­vers les urnes. Au­jourd’hui, ce duo est l’une des seules voix des pro­los an­glais. Mais une voix sans com­plai­sance, cy­nique et en­ra­gée.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.