Twom­bly l’ex­plo­ra­teur

CY TWOM­BLY. JUS­QU’AU 24 AVRIL, CENTRE GEORGES-POM­PI­DOU, PA­RIS-4E ; WWW.CENTREPOMPIDOU.FR. CA­TA­LOGUE DE L’EX­PO SOUS LA DI­REC­TION DE JO­NAS STORSVE, ÉD. CENTRE POM­PI­DOU, 320 P., 44,90 EU­ROS.

L'Obs - - SORTIR - BER­NARD GÉNIÈS

Voi­ci la plus grande ex­po­si­tion ja­mais consa­crée à Cy Twom­bly (1928-2011). L’oeuvre n’est pas d’un ac­cès ré­pu­té fa­cile. Les pre­mières ex­po­si­tions de l’ar­tiste amé­ri­cain dans son propre pays ne lui furent d’ailleurs guère pro­fi­tables, sus­ci­tant au mieux l’in­dif­fé­rence, au pire l’hos­ti­li­té. Twom­bly ag­grave son cas en choi­sis­sant de s’ins­tal­ler en Ita­lie à la fin des an­nées 1950. A par­tir de ce mo­ment, et bien qu’il ef­fec­tue de temps à autre des sé­jours aux Etats-Unis, no­tam­ment à Lexing­ton (Vir­gi­nie), sa ville na­tale, il se­ra consi­dé­ré comme un ar­tiste cou­pé des prin­ci­paux mou­ve­ments qui oc­cupent la scène amé­ri­caine. Ce grand voya­geur (Grèce, Egypte, Sou­dan, Tur­quie, Rus­sie, Asie cen­trale et Af­gha­nis­tan) est aus­si un lec­teur pas­sion­né qui fré­quente Ho­mère, Mal­lar­mé ou même en­core Les­ley Blanch – pre­mière épouse de Ro­main Ga­ry, elle est l’au­teur de « Vers les rives sau­vages de l’amour », ou­vrage qui ins­pi­ra plu­sieurs ta­bleaux à Cy Twom­bly. A ce ter­reau vient s’ajou­ter ce­lui de la pein­ture. Là en­core le peintre amé­ri­cain sur­prend puis­qu’il tourne ses re­gards vers Vin­ci, Ra­phaël, Pous­sin. Alors, un homme du pas­sé ? Cy Twom­bly est tout à l’op­po­sé. Son art est une construc­tion en per­pé­tuelle évo­lu­tion. Sou­vent de grandes di­men­sions, ses toiles sont de fas­ci­nants ma­nus­crits sur les­quels le des­sin, la pein­ture, l’écri­ture consti­tuent la ma­tière pre­mière d’une nar­ra­tion pic­tu­rale. Ses pre­miers ta­bleaux (des­sins à la mine de plomb sur fond blanc) évoquent des graf­fi­tis – terme que Twom­bly ré­cuse. Les dé­buts de son sé­jour ro­main, dès la fin des an­nées 1950, se­ront l’époque du jaillis­se­ment, des grands for­mats comme « Em­pire de Flore » tra­dui­sant alors une exu­bé­rance liée, nous dit-on, à « la mé­moire des chaudes nuits ro­maines ». C’est Rome en­core qui lui ins­pire son ma­gni­fique cycle (« Neuf Dis­cours sur Com­mode ») consa­cré à l’em­pe­reur Com­mode, ty­ran san­gui­naire dont il illustre le des­tin sous la forme d’un nuage pai­sible dont la blan­cheur se­ra bien­tôt ef­fa­cée par les vo­lutes du sang et du feu. Par­mi les grands en­sembles réunis, il faut en­core voir le « Cou­ron­ne­ment de Sé­sos­tris » (ci-des­sus, « Part V » et « Part VI », 2000), « ré­cit » du grand voyage cé­leste me­né par le dieu Râ. Au fil d’un par­cours chro­no­lo­gique, les sculp­tures et les pho­to­gra­phies de Twom­bly sont éga­le­ment ex­po­sées. Sou­vent pré­sen­té comme un peintre « in­tel­lec­tuel », Cy Twom­bly n’a ja­mais re­nié ses at­ta­che­ments. Son oeuvre reste en­core à lire. Et, sur­tout, à dé­cou­vrir.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.