Bakst, un ré­vo­lu­tion­naire en scène

LÉON BAKST, DES BAL­LETS RUSSES À LA HAUTE COU­TURE. JUS­QU’AU 5 MARS 2017, BI­BLIO­THÈQUE NA­TIO­NALE DE FRANCE AU MU­SÉE DE L’OPÉ­RA DE PA­RIS, PLACE DE L’OPÉ­RA, TOUS LES JOURS DE 10 HEURES À 17 HEURES.

L'Obs - - SORTIR - RA­PHAËL DE GUBERNATIS

Bakst le fas­tueux qui ré­vo­lu­tion­na le monde de l’art en par­ti­ci­pant à l’épo­pée des Bal­lets russes est l’hôte de l’Opé­ra de Pa­ris, où ja­dis il connut ses pre­miers triomphes. On le sur­nom­ma le « Gus­tave Mo­reau du bal­let », le « De­la­croix du cos­tume », le « Chas­sé­riau de Ni­j­ni-Nov­go­rod ». Les dé­cors et les cos­tumes des pre­miers spec­tacles des Bal­lets russes au Châ­te­let dès 1909 (l’uni­vers sa­tu­ré de bleus pro­fonds, de vert éme­raude, de pourpre, d’or et d’ar­gent de « Sché­hé­ra­zade ») le pro­pul­sèrent au fir­ma­ment des créa­teurs. Ce fut, pour Pa­ris puis pour toute l’Eu­rope, un éblouis­se­ment, une ré­vo­lu­tion. L’en­thou­siasme fut tout aus­si exa­cer­bé quand il en vint à cé­lé­brer l’An­ti­qui­té avec les dé­cors et cos­tumes de « l’Après-mi­di d’un faune » ou ceux de « Daph­nis et Chloé ». Ceux du « Mar­tyre de saint Sé­bas­tien » en­core. A telle en­seigne que les plus grands cou­tu­riers, comme vient le rap­pe­ler cette ex­po­si­tion, s’ins­pi­rèrent de lui, à l’ins­tar de Jeanne Lanvin, de Pa­quin puis, plus tard, des La­croix, La­ger­feld ou Gal­lia­no.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.