Au­bry a sol­li­ci­té Tou­raine pour contrer Valls

L'Obs - - LE TÉLÉPHONE ROUGE - CA­ROLE BARJON

Après le re­non­ce­ment de Fran­çois Hol­lande jeu­di 1er dé­cembre, Mar­tine Au­bry a té­lé­pho­né plu­sieurs fois à Ma­ri­sol Tou­raine pour lui dire qu’elle la sou­tien­drait si elle dé­ci­dait d’être can­di­date à la pri­maire de la gauche. Du­bi­ta­tive sur l’is­sue de ce qui ap­pa­raî­trait comme une can­di­da­ture an­ti-Valls, la mi­nistre des A aires so­ciales l’a re­mer­ciée, mais n’en­vi­sage pas de se lan­cer dans cette ba­taille-là. Le 26 no­vembre, cinq jours avant la dé­ci­sion du pré­sident de la Ré­pu­blique, au cours de la réunion du « car­re­four ci­toyen des gauches », or­ga­ni­sée par ses amis à Bon­dy, la maire de Lille avait ap­pe­lé à une « can­di­da­ture des

idées et des va­leurs », en pré­sence d’Anne Hi­dal­go, de Claude Bar­to­lone et de Ch­ris­tiane Tau­bi­ra, très at­ten­due. Ce jour-là, l’an­cienne mi­nistre de la Jus­tice, dont beau­coup sou­hai­taient la can­di­da­ture, s’était conten­tée d’ap­pe­ler à « re­don­ner au

pays le goût des gauches ». A ce stade, Mar­tine Au­bry, qui n’en­vi­sage pas de sou­te­nir la can­di­da­ture de Ma­nuel Valls, n’avait pas trou­vé de can­di­dat conforme à son idée du so­cia­lisme.

Ch­ris­tine Tau­bi­ra, Mar­tine Au­bry et Claude Bar­to­lone lors du Car­re­four ci­toyen des gauches.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.