Miss Sta­line

LA MA­LÉ­DIC­TION DE SVET­LA­NA, PAR BEATA DE RO­BIEN, ALBIN MI­CHEL, 554 P., 24 EU­ROS.

L'Obs - - Critiques - CLAIRE JUL­LIARD

Le 22 avril 1967, les Etats-Unis se pré­parent à un évé­ne­ment sans pré­cé­dent. Jour­na­listes, pho­to­graphes, agents se­crets et po­li­ciers se pressent pour as­sis­ter à l’ar­ri­vée d’un trans­fuge hors norme : la fille de Sta­line a tra­hi sa pa­trie et « choi­si la li­ber­té ». Agée de 41 ans, la sé­dui­sante Svet­la­na (pho­to) rayonne. Elle dit re­cher­cher les moyens d’ex­pres­sion qui lui ont été si long­temps re­fu­sés en URSS. Elle tremble pour ses deux en­fants res­tés à Mos­cou. « J’ai été em­por­tée comme une brin­dille dans un tor­rent tour­billon­nant », ex­plique Svet­la­na, qui re­fuse d’être ap­pe­lée Miss Sta­line. C’est un des­tin d’ex­cep­tion que ra­conte Beata de Ro­bien à par­tir de té­moi­gnages, d’ar­chives russes et de do­cu­ments ré­cem­ment dé­clas­si­fiés par la CIA. His­toire d’une pe­tite fille en ad­mi­ra­tion de­vant son ter­rible père, igno­rante des réa­li­tés de son pays, puis d’une femme tour­men­tée, in­stable, à ja­mais meur­trie par la culpa­bi­li­té de por­ter un nom aus­si ef­frayant et qui, de ma­riages en amants, ne trou­ve­ra ja­mais le bon­heur. Cette re­mar­quable bio­gra­phie se lit comme un ro­man russe.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.