Le té­lé­phone rouge

L'Obs - - Sommaire - SERGE RAF­FY

Les fi­dèles de Fran­çois Hol­lande, lors de leur réunion heb­do­ma­daire du 6 dé­cembre, ont ten­té de com­prendre l’in­tri­gante can­di­da­ture de Vincent Peillon. Se­lon eux, l’an­cien mi­nistre de l’Edu­ca­tion est té­lé­gui­dé par un trio de femmes ven­ge­resses, en­ne­mies im­pla­cables de Ma­nuel Valls : Anne Hi­dal­go, Mar­tine Au­bry et Ch­ris­tiane Tau­bi­ra. Pour des rai­sons di­verses, les trois mar­raines de « l’exi­lé de Neu­châ­tel » vou­draient em­pê­cher l’an­cien Pre­mier mi­nistre de rem­por­ter la pri­maire et de mettre la main sur le Par­ti so­cia­liste. Can­di­dat « an­ti-Valls », Vincent Peillon pour­rait sé­duire l’aile droite du par­ti, ce que ni Ar­naud Mon­te­bourg ni Be­noît Ha­mon ne sont en me­sure de réus­sir. Soup­çon­née d’être l’âme du com­plot, Mar­tine Au­bry a pu­bli­que­ment dé­men­ti tout contact avec Peillon. Quant à Fran­çois Hol­lande, aga­cé par la ru­meur qui le soup­çonne d’avoir ai­dé son an­cien mi­nistre à jouer les tru­blions, il a fait com­prendre à ses proches qu’il était to­ta­le­ment étran­ger à cette can­di­da­ture « sur­prise ». Peillon est l’un de ses an­ciens ad­ver­saires au PS, qu’il lui est ar­ri­vé de trai­ter de « ser­pent ». En route vers le « ras­sem­ble­ment » !

Fran­çois Hol­lande et Vincent Peillon, en 2012.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.