Squar­ci­ni a fait fouiller les pou­belles de “Fa­kir”

L'Obs - - Le Téléphone Rouge - VIO­LETTE LAZARD ET CA­RO­LINE MI­CHEL

On en sait un peu plus sur la ma­nière dont LVMH a en­quê­té sur « Mer­ci pa­tron! », le film sa­ti­rique réa­li­sé par Fran­çois Ruf­fin (un couple d’ou­vriers au chô­mage ob­tient de l’ar­gent du groupe de luxe au terme d’épi­sodes ro­cam­bo­lesques). Comme « l’Obs » l’avait ré­vé­lé dans son n° 2710, l’an­cien com­mis­saire de po­lice qui tra­vaille dans le film pour le compte de LVMH était pi­lo­té par Ber­nard Squar­ci­ni (pho­to), ex-pa­tron des ser­vices se­crets fran­çais pas­sé dans le pri­vé. In­ter­ro­gé par les « boeuf-ca­rottes » en sep­tembre der­nier, cet homme, Jean-Fran­çois D., a ra­con­té aux po­li­ciers que Ber­nard Squar­ci­ni avait pla­cé une taupe au sein de la ré­dac­tion de « Fa­kir » pour en sor­tir des do­cu­ments confi­den­tiels. Comment a pro­cé­dé cet in­for­ma­teur? « Il avait fait les pou­belles de “Fa­kir” ou pi­qué des do­cu­ments », a in­di­qué Jean-Fran­çois D. Pour au­tant, ces mé­thodes ne se sont pas ré­vé­lées très ef­fi­caces. Jean-Fran­çois D. a avoué qu’il n’avait su qu’à la sor­tie du film, en fé­vrier 2016, qu’il était le hé­ros mal­gré lui de deux longues sé­quences en ca­mé­ra ca­chée. Il a alors dé­cou­vert que le pré­ten­du fils du couple Klur, qui fait chan­ter LVMH, n’était autre que Fran­çois Ruf­fin, ha­bi­le­ment gri­mé. Conclu­sion : « J’ai été couillon­né », a re­con­nu l’ex-flic, qui a été mis en exa­men.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.