BARBAGALLO GRAND CHIEN Aris­ta

L'Obs - - Critiques - FA­BRICE PLISKIN

Fils d’un mi­neur de Car­maux, bat­teur du groupe aus­tra­lien Tame Im­pa­la et du groupe fran­çais Aqua­serge, le mul­ti-ins­tru­men­tiste al­bi­geois Ju­lien Barbagallo tient du barde, de la pop star et du chan­teur de va­rié­tés des an­nées 1970, ten­dance Pol­na­reff (il semble no­tam­ment han­té par l’air du « Bal des Laze », écoutez « Ou­bliez­moi »). Psy­ché­dé­liques plu­tôt que ré­gio­na­listes, ses mé­lo­dies gra­cieuses et ses pa­roles im­pres­sion­nistes vous em­portent dans une ré­gion qui n’existe pas, un ter­roir ima­gi­naire où bruissent, çà et là, des sons syn­thé­tiques à la « X Files » ou des cla­viers ve­nus d’une BO de film por­no soft. Hymne au mas­sif gra­ni­tique du Si­dobre, si­tué dans le sud-ouest de la France, la chan­son « Nou­veau Si­dobre », avec ses choeurs Béates, sonne comme un clas­sique.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.