LA GUERRE CUBISTE

« La Par­tie de cartes », Fer­nand Lé­ger. Mu­sée Kröl­lerMül­ler, Ot­ter­lo (Pays-Bas)

L'Obs - - En Couverture -

Qui sont ces joueurs de cartes ? Des ro­bots ou des sol­dats ? Pour Fer­nand Lé­ger, ils in­carnent les deux, chair à ca­non et ma­chines à tuer dont le corps semble consti­tué de douilles d’obus. Mo­bi­li­sé en 1914, Lé­ger est af­fec­té sur le front. A Ver­dun, dans les tranchées, il fait des cro­quis de ses ca­ma­rades de com­bat. Ga­zé en 1916, il est hos­pi­ta­li­sé avant d’être ré­for­mé. In­fluen­cé par Cé­zanne puis par le cu­bisme, le sol­dat Lé­ger écrit à l’un de ses amis : « Il n’y a pas plus cubiste qu’une guerre comme celle-là qui te di­vise pro­pre­ment un bon­homme en plu­sieurs mor­ceaux et qui te l’en­voie aux quatre points car­di­naux. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.