LA GRÈCE SE DÉ­CIDE

L'Obs - - En Couverture -

De­puis le dé­but de la guerre, la Grèce est neutre, mais d’une neu­tra­li­té fort fra­gile. Le roi Cons­tan­tin, beau-frère du Kai­ser Guillaume, penche du cô­té des Em­pires cen­traux. Ve­ni­zé­los, Pre­mier mi­nistre, est fa­vo­rable à l’En­tente. Et Thes­sa­lo­nique est oc­cu­pée par les ar­mées fran­çaises et bri­tan­niques, qui luttent contre l’en­ne­mi bul­gare. En 1916, le royaume est au bord de la guerre ci­vile. Ve­ni­zé­los forme un gou­ver­ne­ment ré­pu­bli­cain à Sa­lo­nique, sous la pro­tec­tion des Fran­çais. Ce sont eux, en 1917, qui règlent la si­tua­tion par la force. Le roi Cons­tan­tin est contraint à l’exil et rem­pla­cé sur le trône par son fils Alexandre. Ve­ni­zé­los di­rige le gou­ver­ne­ment et entre dans la guerre (26 juin) dans l’es­poir de mettre en oeuvre la Me­ga­li Idea, la « grande idée » qui fait rê­ver les Grecs: battre l’Em­pire ot­to­man pour re­faire de Cons­tan­ti­nople leur ca­pi­tale.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.