Bob Wil­son nous en­nuie

LETTER TO A MAN, D’APRÈS LE JOUR­NAL DE VASLAV NIJINSKI, JUS­QU’AU 21 JAN­VIER, 20H30, THÉÂTRE DE LA VILLE À L’ES­PACE CAR­DIN, PA­RIS-8e, 01-42-74-22-77.

L'Obs - - Sortir - JACQUES NERSON

Dé­cou­vert en 1971 au Fes­ti­val de Nan­cy puis au Théâtre de la Mu­sique à Pa­ris, « le Re­gard du sourd », du jeune Bob Wil­son (30 ans à l’époque), eut un re­ten­tis­se­ment in­croyable. On se sou­vient de la bou­tade lan­cée par Ro­ger Blin à Ro­ger Plan­chon : « Je vois que “le Re­gard du sourd” n’est pas tom­bé dans l’oreille d’un aveugle ! » Le fait est que ce plas­ti­cien nord-amé­ri­cain a for­te­ment et du­ra­ble­ment in­fluen­cé, non seule­ment Plan­chon, mais tous les met­teurs en scène de l’époque. En res­ti­tuant son ca­rac­tère cé­ré­mo­niel au théâtre oc­ci­den­tal, il lui a re­don­né ses ver­tus sa­crales. Par la suite il s’est avé­ré que le théâtre d’images était une im­passe, et Bob Wil­son a fi­ni par ap­pe­ler les mots à la res­cousse. Mais on sent bien qu’il ne leur ac­corde en­core qu’une im­por­tance très se­con­daire. Le Jour­nal que le grand dan­seur russe Vaslav Nijinski a te­nu en 1919, au mo­ment où la fo­lie com­men­çait à le ga­gner, est pour lui un ma­té­riau idéal puisque dé­cou­su. Il sert de pré­texte à de su­perbes ta­bleaux tout à fait non si­gni­fiants. « Letter to a Man » sé­dui­ra deux sortes de spec­ta­teurs : ceux qui n’avaient pas en­core vu de spec­tacles de Bob Wil­son ; et les fans de Mi­khaïl Ba­rych­ni­kov (pho­to) qui, à bien­tôt 69 ans, té­moigne tou­jours de l’élé­gance et de la for­mi­dable pré­sence qui firent de lui l’un des plus grands dan­seurs du siècle. Les autres, mal­gré la briè­ve­té de la re­pré­sen­ta­tion (1h10), s’em­bê­te­ront po­li­ment.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.