L’AL­LO­CA­TION CHÔ­MAGE POUR TOUS

L'Obs - - En Couverture - S. F.

Ou­bliez l’as­su­rance-chô­mage. Em­ma­nuel Ma­cron pro­pose un nou­veau sys­tème : le « droit uni­ver­sel à la mo­bi­li­té pro­fes­sion­nelle ». Puisque la fron­tière s’es­tompe entre le sa­la­riat et le tra­vail in­dé­pen­dant, puisque les au­toen­tre­pre­neurs, com­mer­çants, ar­ti­sans, free-lance sont en­core plus vul­né­rables aux re­tour­ne­ments de conjonc­ture que les salariés, il faut pou­voir leur as­su­rer aus­si une pro­tec­tion. De même un ou­vrier, em­ployé, cadre en poste, qui veut se for­mer à un nou­veau mé­tier sans at­tendre que le sien dis­pa­raisse, doit pou­voir bé­né­fi­cier du chô­mage après une simple dé­mis­sion (à condi­tion d’avoir tra­vaillé cinq ans).

Pour que ce nou­veau « droit uni­ver­sel », for­cé­ment plus coû­teux, ne soit pas fi­nan­cé par les co­ti­sa­tions des seuls salariés, Ma­cron pro­pose de bas­cu­ler dans un nou­veau sys­tème : fini les co­ti­sa­tions chô­mage (2,4% du sa­laire brut pour les em­ployés), qui se­raient rem­pla­cées par une hausse de l’im­pôt, en l’oc­cur­rence la CSG, sup­por­té par tous les types de re­ve­nus (y com­pris ca­pi­tal et re­traites). Autre piste : bais­ser le pla­fond des al­lo­ca­tions chô­mage, le plus éle­vé d’Eu­rope (7 237 eu­ros par mois) pour pou­voir cou­vrir da­van­tage de bé­né­fi­ciaires.

Le chan­ge­ment est plus ra­di­cal qu’il n’y pa­raît. La France pas­se­rait d’un sys­tème « as­su­ran­tiel » où seuls ceux qui co­tisent sont cou­verts, à un sys­tème « as­sis­tan­ciel » : toute la po­pu­la­tion est pro­té­gée, via l’im­pôt. L’Une­dic, as­so­cia­tion entre les par­te­naires so­ciaux, se­rait de fait na­tio­na­li­sée.

Contre­par­tie pour les chô­meurs : da­van­tage de contrôle, d’exi­gence de re­cherche d’em­ploi et de for­ma­tion. « Au bout d’un cer­tain temps de chô­mage, qui ne se forme pas n’est pas in­dem­ni­sé. Et à l’is­sue de la for­ma­tion, qui n’ac­cepte pas une offre d’em­ploi rai­son­nable n’est plus in­dem­ni­sé », écrit Ma­cron dans son livre « Ré­vo­lu­tion ».

Le risque ? Que le sys­tème pro­fite à plus d’ac­tifs mais soit beau­coup moins pro­tec­teur pour les salariés qui en bé­né­fi­cient dé­jà.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.