LA RÉVOCATION DES ÉLUS

L'Obs - - En Couverture - J. M.

L’idée est née dans les sec­tions ja­co­bines de 1789. Elle est re­ve­nue du­rant la Com­mune de Pa­ris en 1871. La pos­si­bi­li­té pour les ci­toyens de ré­vo­quer ses élus est au­jourd’hui res­sus­ci­tée par Jean-Luc Mé­len­chon, dé­jà au­teur en 2010 du best-sel­ler «Qu’ils s’en aillent tous!» (Flam­ma­rion). Par la grâce de la VIe Ré­pu­blique qu’il ap­pelle de ses voeux, le can­di­dat de la France in­sou­mise ne pro­met rien moins qu’une « ré­vo­lu­tion ci­toyenne » pour « abo­lir la mo­nar­chie pré­si­den­tielle ». Par­mi les pro­po­si­tions qu’il en­tend faire à l’As­sem­blée consti­tuante, il en est une par­ti­cu­liè­re­ment ra­di­cale: « Créer un droit de ré­vo­quer un élu en cours de man­dat, par ré­fé­ren­dum, sur de­mande d’une par­tie du corps élec­to­ral ». Y com­pris pour le pré­sident de la Ré­pu­blique, et donc lui-même, s’il est élu ! De belles pé­riodes d’in­sta­bi­li­té ins­ti­tu­tion­nelle en pers­pec­tive ? Non, veut croire l’in­té­res­sé. Il fau­dra d’abord « trou­ver les mil­lions de gens né­ces­saires pour ob­te­nir le ré­fé­ren­dum » et « si le vote dé­cide que je reste, mon pou­voir aug­men­te­ra et la dé­route chan­ge­ra de camp ». Et de ci­ter, en exemple, le ré­fé­ren­dum qui a échoué à ré­vo­quer le pré­sident vé­né­zué­lien en 2004. Hu­go Chá­vez, une autre source d’ins­pi­ra­tion de Mé­len­chon.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.