UN SA­LAIRE MAXI­MUM PATRONAL

L'Obs - - En Couverture - M. A.

Jean-Luc Mé­len­chon et Hen­ry Ford, grande fi­gure du ca­pi­ta­lisme, même com­bat. Qui l’eût cru ? Dans les an­nées 1930, l’in­dus­triel es­ti­mait que pour être « ad­mise » l’échelle des sa­laires dans une en­tre­prise de­vait être com­prise entre 1 et 40. Le lea­der de la France in­sou­mise, lui, pousse en­core plus loin le rai­son­ne­ment. Il sou­haite ins­tau­rer un « sa­laire maxi­mum patronal ». Au sein d’une même so­cié­té, la dif­fé­rence entre les ré­mu­né­ra­tions de­vrait se si­tuer entre 1 et 20. De plus, tout re­ve­nu su­pé­rieur à 400 000 eu­ros se­rait taxé à 100%. Un ob­jec­tif à re­bours de la si­tua­tion ac­tuelle, puisque, an­née après an­née, les pa­trons du CAC 40 ex­plosent tous les pla­fonds. Ain­si, en 2015, ils ont ga­gné en moyenne 240 fois le smic ! Avec un cham­pion toutes ca­té­go­ries, le PDG de Sa­no­fi, Oli­vier Bran­di­court, qui a em­po­ché mille fois le sa­laire mi­ni­mum. En com­pa­rai­son, leurs ho­mo­logues à la tête des en­tre­prises pu­bliques fe­raient presque fi­gure de « pa­rents pauvres » De­puis 2012, leurs sa­laires sont en ef­fet li­mi­tés à 40 000 eu­ros par mois.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.