UNE LI­CENCE POUR BAIS­SER LE PRIX DES MÉ­DI­CA­MENTS

L'Obs - - En Couverture - M. A.

« Chaque an­née en France, le can­cer rap­porte 2,4 mil­liards d’eu­ros. » Ce slo­gan choc a été choi­si, au prin­temps 2016, par Mé­de­cins du Monde pour aler­ter contre le prix exor­bi­tant de cer­tains mé­di­ca­ments. Des trai­te­ments – comme le So­val­di, uti­li­sé contre l’hé­pa­tite C – peuvent coû­ter jus­qu’à 40 000 eu­ros par pa­tient et plombent les comptes de la Sé­cu­ri­té so­ciale. L’Etat fran­çais dis­pose pour­tant d’une arme de dis­sua­sion fort ef­fi­cace pour contraindre les la­bo­ra­toires à bais­ser leurs ta­rifs : la « li­cence d’of­fice ». En clair, si un re­mède est mis sur le mar­ché à un prix trop éle­vé, un pays peut créer un gé­né­rique sans at­tendre que le bre­vet du mé­di­ca­ment soit tom­bé dans le do­maine pu­blic. C’est le cau­che­mar des grandes firmes phar­ma­ceu­tiques, qui voient leurs pro­fits co­los­saux s’éva­po­rer. Mé­de­cins du Monde de­mande donc aux res­pon­sables po­li­tiques d’uti­li­ser plus sou­vent ce le­vier de la li­cence d’of­fice dans leurs négociations avec les mul­ti­na­tio­nales de la santé.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.