BORN TO BE BLUE PAR RO­BERT BUDREAU

L'Obs - - Critiques - FRAN­ÇOIS FORESTIER

Bio­pic amé­ri­cain, avec Ethan Hawke, Car­men Ejo­go (1h37).

Cu­rieuse bio­gra­phie de l’ange du jazz, Chet Ba­ker, im­mor­ta­li­sé par sa ver­sion de « My Fun­ny Valentine ». Le réa­li­sa­teur, Ro­bert Budreau (c’est son pre­mier film), pa­nache des frag­ments de réa­li­té et des scènes in­ven­tées, avec brio. On passe ain­si de la lé­gende de Chet Ba­ker (dro­gué, bat­tu, et, fi­na­le­ment, peut-être tué) à la vé­ri­té de la musique : trom­pet­tiste blanc dans un uni­vers black, en proie à des dé­mons qui vont le me­ner en en­fer, Ba­ker est unique. « Born to Be Blue » se si­tue en 1966, alors que le jazz­man tourne un film sur sa propre vie, et re­vient sur son ad­dic­tion à l’hé­roïne sous l’in­fluence d’une femme (un com­po­site de plu­sieurs per­son­nages). Pour dif­fé­ren­cier le pas­sé et le pré­sent, on passe de la cou­leur au noir et blanc, ha­bi­le­ment. Ethan Hawke (pho­to) trouve ici l’un de ses meilleurs rôles : il donne au film, lit­té­ra­le­ment, une âme.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.