In­no­va­tion Roxanne Var­za, la femme aux mille start-up

L’am­bi­tieux pro­jet de cam­pus nu­mé­rique Sta­tion F (ex-halle Freys­si­net) est di­ri­gé par Roxanne Var­za, une fi­gure em­blé­ma­tique de la tech au fé­mi­nin. Por­trait

L'Obs - - Sommaire -

Le 5 dé­cembre, Roxanne Var­za a com­men­cé son opé­ra­tion de re­cru­te­ment. Pas ques­tion de dif­fu­ser une pe­tite an­nonce dans un jour­nal, de don­ner une in­ter­view à une grande ra­dio ou d’ap­pa­raître sur BFM Bu­si­ness. Elle a di­rec­te­ment pu­blié son ap­pel sur Me­dium.com, un mé­dia en ligne où cha­cun s’au­toé­dite. Puis elle a pos­té l’ar­ticle sur sa page Fa­ce­book et a lais­sé sa « com­mu­nau­té » faire le reste. Quelques jour­na­listes poin­tus – de l’agence d’in­for­ma­tion éco­no­mique Bloom­berg ou de Te­chC­runch, un web­zine où elle a tra­vaillé – ont re­layé la nou­velle. Ob­jec­tif : in­vi­ter les en­tre­pre­neurs à dé­po­ser leur can­di­da­ture pour re­joindre la Sta­tion F, un cam­pus géant qui, à par­tir d’avril 2017, ac­cueille­ra 1 000 jeunes pousses de la tech dans l’an­cienne halle Freys­si­net de la gare d’Aus­ter­litz, dans le 13e ar­ron­dis­se­ment de Pa­ris.

Ce pro­jet, lan­cé par Xa­vier Niel (fon­da­teur de Free et coac­tion­naire de « l’Obs ») avec la ville de Pa­ris et la Caisse des Dé­pôts, veut faire de Pa­ris la ca­pi­tale mon­diale des start­up. C’est Roxanne Var­za, 31 ans, qui le pi­lote, en qua­si to­tale au­to­no­mie, avec une éner­gie in­croyable. Le len­de­main de son mes­sage,

la « fée des start-up » avait dé­jà re­çu 600 dos­siers. L’ap­pel à can­di­da­tures se­ra clos le 5 fé­vrier.

Mar­di 17 jan­vier, Sta­tion F a fran­chi une nou­velle étape. La di­rec­trice des opé­ra­tions de Fa­ce­book dans le monde, She­ryl Sand­berg, a an­non­cé « un in­ves­tis­se­ment de plu­sieurs mil­lions d’eu­ros au cours des pro­chaines an­nées », sous le re­gard ra­vi de Xa­vier Niel et d’Anne Hi­dal­go. L’in­con­tour­nable ré­seau so­cial y lan­ce­ra son propre Star­tup Ga­rage : un pro­gramme de six mois pour ai­der dix à quinze start-up spé­cia­li­sées dans « l’éco­no­mie de la don­née », dont Chekk, Maps­tr, The Fa­bu­lous, One­cub et Ka­ros.

Une consé­cra­tion pour la jeune di­rec­trice de la halle Freys­si­net ré­in­ven­tée? Roxanne Var­za pré­fère la jouer mo­deste. Et rap­pe­ler qu’elle ne sé­lec­tion­ne­ra pas seule la to­ta­li­té des en­tre­pre­neurs ré­si­dents : « Mon équipe est res­pon­sable du Foun­der’s Pro­gram de Xa­vier Niel, ou­vert à une cen­taine de start-up au stade de l’amor­çage. » La Sta­tion F compte neuf autres par­te­naires – dont Fa­ce­book, Vente pri­vée et l’école HEC – qui dé­ve­lop­pe­ront cha­cun leur propre fi­lière d’ap­pui/in­cu­ba­tion/ac­cé­lé­ra­tion.

Car la Sta­tion F n’est pas seule­ment un in­cu­ba­teur, pré­cise Roxanne Var­za : « C’est un es­pace de tra­vail, avec bu­reaux et “fa­blab”, mais aus­si un es­pace de vie avec une zone évé­ne­men­tielle, des res­tau­rants ou­verts au pu­blic 24h/24, et des lo­ge­ments pour 600 en­tre­pre­neurs à Ivry. » Le pro­jet ar­chi­tec­tu­ral, si­gné Jean-Mi­chel Wil­motte (34000 mètres car­rés, fai­sant in­ter­ve­nir si­mul­ta­né­ment 36 corps de mé­tier), n’al­lait pas de soi. « Le plus dur pour moi, ça a été la par­tie tra­vaux : je ne connais­sais rien au BTP! » re­con­naît la jeune femme qui s’est ha­bi­tuée au casque de chan­tier, coa­chée par Red­man, la société maître d’ou­vrage dé­lé­gué.

En re­vanche, l’idée d’im­plan­ter une mi­cro-Si­li­con Val­ley en plein Pa­ris, avec son éco­sys­tème in­ter­na­tio­nal d’en­tre­pre­neurs, d’in­ves­tis­seurs et d’uni­ver­si­tés, ne lui a ja­mais fait peur. Elle s’est en­tou­rée d’une quin­zaine de per­sonnes, en­core plus jeunes qu’elle ! « La French Tech [Le la­bel of­fi­ciel des en­tre­prises tri­co­lores in­no­vantes, NDLR] a vrai­ment contribué à mettre la France sur la carte mon­diale de l’in­no­va­tion. La Sta­tion F a vo­ca­tion à pour­suivre sur cette lan­cée », ex­plique Roxanne Var­za. L’an­cienne mi­nistre du Nu­mé­rique Fleur Pellerin, ini­tia­trice de la French Tech, elle, sa­lue l’ex­pé­rience dans la Si­li­con Val­ley ain­si que la double (voire triple) culture de la nou­velle star de la tech.

La di­rec­trice de la Sta­tion F est née à Pa­lo Al­to (Ca­li­for­nie) de pa­rents ira­niens fran­co­phones par­tis au mo­ment de la ré­vo­lu­tion de 1979. Elle a fait des études de fran­çais à l’uni­ver­si­té de Ca­li­for­nie à Los An­geles. Un an d’échange à Bor­deaux confirme son dé­sir de France. Elle est d’ailleurs en passe d’ac­qué­rir la na­tio­na­li­té fran­çaise. Quant au vi­rus nu­mé­rique, elle l’a contrac­té sur le tas, dès son pre­mier tra­vail : entre 2007 et 2009, elle est char­gée par l’agence Bu­si­ness France de San Fran­cis­co de convaincre les en­tre­prises de la Si­li­con Val­ley de ve­nir in­ves­tir dans l’Hexa­gone.

Un double cur­sus Sciences-Po/Lon­don School of Eco­no­mics en af­faires in­ter­na­tio­nales lui a en­suite don­né l’oc­ca­sion de tra­vailler pour di­verses start-up bri­tan­niques. Mais les deux jobs qui lui ont per­mis de par­faire son ré­seau in­ter­na­tio­nal et ses com­pé­tences pro­fes­sion­nelles sont la di­rec­tion de la ver­sion fran­çaise de Te­chC­runch (2010) puis les trois an­nées pas­sées à dé­ve­lop­per l’in­cu­ba­teur de Mi­cro­soft France (2012-2015).

Sa re­la­tion avec Xa­vier Niel date de cette époque : « Je l’ai ren­con­tré à une confé­rence de Mi­cro­soft, et j’ai été éton­née d’ap­prendre qu’il avait lu mes ar­ticles sur Te­chC­runch. Plus tard, il m’a consul­tée sur le pro­jet de la halle Freys­si­net… Puis, en oc­tobre 2015, m’en a pro­po­sé la di­rec­tion. » Roxanne a tout de suite ac­cep­té, « parce que Xa­vier n’hé­site pas à cas­ser les codes et mon­ter de nou­veaux pro­jets am­bi­tieux ». Et aus­si parce qu’elle n’a pas peur de l’échec : « C’est elle qui a im­por­té en France les “fail­cons”, ces confé­rences pour se dés­in­hi­ber face à l’échec. C’est un des com­bats cultu­rels que je par­ta­geais avec elle quand j’étais mi­nistre », ra­conte Fleur Pellerin.

Co­fon­da­trice de la dé­cli­nai­son fran­çaise de l’as­so­cia­tion Girls in Tech, ré­cem­ment re­bap­ti­sée StartHer, la pa­tronne de la Sta­tion F est aus­si une fé­mi­niste as­su­mée. Un hé­ri­tage de sa grand-mère ira­nienne : « C’est une des pre­mières femmes à être de­ve­nues avo­cates en Iran. Elle a en­suite eu une car­rière de poé­tesse. C’est quel­qu’un qui a tou­jours sui­vi ses pas­sions et qui n’a peur de rien… »

Pour Eliane Fio­let, co­fon­da­trice et édi­trice à San Fran­cis­co du site Uber­giz­mo.com, « Roxanne est de­puis de nom­breuses an­nées une ex­cel­lente pro­mo­trice des femmes dans la tech­no­lo­gie, et des tech­no­lo­gies émer­gentes made in France ». Un com­bat contre les pré­ju­gés sexistes des mi­lieux éco­no­miques qu’elle par­tage avec She­ryl Sand­berg, la nu­mé­ro deux de Fa­ce­book, qui, lors de son pas­sage à Pa­ris, mar­di, n’a pas man­qué de re­ce­voir les start-up­peuses fran­çaises les plus en vue, lors d’un évé­ne­ment or­ga­ni­sé par l’in­cu­ba­teur The Fa­mi­ly.

“LA FRENCH TECH A CONTRIBUÉ À METTRE LA FRANCE SUR LA CARTE MON­DIALE DE L’IN­NO­VA­TION.”

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.