La mode pour tous par So­phie Fon­ta­nel

L'Obs - - Sommaire - Par SO­PHIE FON­TA­NEL

Les dé­fi­lés homme au­tomne-hi­ver 2017 ont com­men­cé et confirment que la mode mas­cu­line vit en ce mo­ment, di­sons, l’in­verse du Brexit. Au lieu de se re­plier sur elle-même, elle s’ouvre. Chez Wales Bon­ner, marque d’une poé­sie bien­fai­sante, ayant rem­por­té en 2016 le prix LVMH, on a vu deux hommes en robe (su­blime !). J’étais, l’autre jour, à un dî­ner où on par­lait de ça. Ce n’était que hauts cris : « Ah non, mais des hommes en robes, n’im­porte quoi ! » Les « ce n’est pas vi­ril ! » pleu­vaient de la bouche de per­sonnes sup­po­sées dé­fendre une plus grande li­ber­té en tout, nor­ma­le­ment. Eh bien là, ils vou­laient libérer que dalle. J’ai ten­té d’ex­pli­quer que les hommes, à tra­vers les siècles, ont por­té des robes et qu’ils en portent en­core au­jourd’hui dans de nom­breux pays. Mes in­ter­lo­cu­teurs, pour­tant mul­ti­cul­tu­ra­listes, ont illi­co braillé qu’on ne pou­vait pas com­pa­rer les codes « des autres » et les nôtres. « Le pan­ta­lon, c’est tout ce qu’il nous reste », ai-je même en­ten­du. Vous me di­rez : « Change d’amis, ceux-là ont la culture gé­né­rale d’un ki­wi. » Et vous au­riez rai­son. J’ai quand même es­sayé de les convaincre, il y al­lait de l’hon­neur de la Mode pour tous. Le pan­ta­lon n’est pas une in­ven­tion ré­cente, ni même ré­ser­vée aux hommes : on en a trou­vé trace au pa­léo­li­thique su­pé­rieur et… sur des femmes, ah ah ! Sous la forme qu’on lui connaît en Eu­rope, il nous vient des Turcs ot­to­mans. Chez nous, il ne de­vient un vê­te­ment de ville que dans la se­conde moi­tié du xixe siècle. Rien d’an­ces­tral ne re­lie l’homme au pan­ta­lon, à part l’in­ter­dic­tion qui fut long­temps faite aux femmes d’en por­ter, sauf à ef­fec­tuer un tra­vail dan­ge­reux (mines de char­bon, par exemple). Donc, au fond (du pan­ta­lon !), la ré­sis­tance mas­cu­line à (re) por­ter la jupe ne peut pas s’ap­puyer sur l’éven­tuelle « dé­vi­ri­li­sa­tion » que ça en­traî­ne­rait. Dans les so­cié­tés les plus ma­chistes de la pla­nète, en 2017, les hommes sont en robe. Je ne vois qu’une seule vraie rai­son à cette ré­ti­cence : l’homme a peur d’être trop beau.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.