Hol­lande snobe Ma­cron

L'Obs - - Le Telephone Rouge - SERGE RAFFY

Fran­çois Hol­lande, con­trai­re­ment à plu­sieurs de ses fi­dèles, ne voit pas d’un très bon oeil l’as­cen­sion ful­gu­rante d’Em­ma­nuel Ma­cron dans les son­dages. Il boude os­ten­si­ble­ment son an­cien dis­ciple, qui a pour­tant, à plu­sieurs re­prises, de­man­dé à le re­voir après avoir an­non­cé sa can­di­da­ture à l’élec­tion pré­si­den­tielle. En vain. Le pré­sident de la Ré­pu­blique, de­vant plu­sieurs de ses vi­si­teurs, n’a pas ca­ché son res­sen­ti­ment à l’égard de son « fils pré­fé­ré ». Se­lon ses proches, mal­gré les sou­tiens o ciels de cer­tains de ses fi­dèles, Fran­çois Hol­lande a re­non­cé, non pas à cause des son­dages qui l’ac­ca­blaient ou de la grande fai­blesse du Par­ti so­cia­liste. Il s’est dé­cla­ré hors jeu après la dé­ci­sion de Ma­cron d’al­ler au bout de l’aven­ture. « En fait, Hol­lande a com­pris

ce jour-là, confie un de ses col­la­bo­ra­teurs, que Ma­cron, en se pré­sen­tant au-des­sus des par­tis, lui avait chi­pé le cos­tume

de pré­sident. » De­puis, Fran­çois Hol­lande n’en fi­nit pas de re­gret­ter de s’être lais­sé en­fer­mer dans l’idée d’une pos­sible can­di­da­ture à la pri­maire de la gauche.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.