LA PLUS GRANDE TAUPE AMÉ­RI­CAINE À MOS­COU

L'Obs - - En Couverture -

Il fut « l’atout le plus pré­cieux de la CIA en Union so­vié­tique », se­lon l’his­to­rien amé­ri­cain de l’es­pion­nage Da­vid Wise. Adolf Tol­kat­chev était in­gé­nieur à l’Ins­ti­tut scien­ti­fique de Re­cherche sur le Ra­dar, Pha­zo­tron. Ré­vol­té par le ré­gime, il dé­cide en 1978 de tra­vailler pour la CIA. Son of­fi­cier trai­tant à Mos­cou lui four­nit une mi­ni­ca­mé­ra, unique en son genre à l’époque. Pen­dant sept ans, Tol­kat­chev pho­to­gra­phie pour l’agence des do­cu­ments top se­cret sur les avions de chasse so­vié­tiques, Mig et Su­khoi, et par­ti­cu­liè­re­ment sur leurs ra­dars em­bar­qués. Ses in­for­ma­tions sont ex­trê­me­ment pré­cieuses pour le Pen­ta­gone, qui, grâce aux ré­vé­la­tions de la taupe, change les plans du F-15, l’avion phare de la flotte mi­li­taire amé­ri­caine. Comme ré­mu­né­ra­tion, Tol­kat­chev de­mande le même sa­laire que le pré­sident des Etats-Unis, 200 000 dol­lars par an, qui de­vront lui être re­mis lors­qu’il au­ra fui l’URSS. Il n’en pro­fi­te­ra ja­mais. En 1986, il est ar­rê­té et fu­sillé. Au cours du bu­reau po­li­tique qui se tient le len­de­main de l’exé­cu­tion, Mi­khaïl Gor­bat­chev confirme que l’in­gé­nieur « a re­mis des se­crets mi­li­taires très im­por­tants à l’en­ne­mi ». Se­lon toute vrai­sem­blance, il a été tra­hi par un trans­fuge amé­ri­cain.

Adolf Tol­kat­chev, agent de la CIA jus­qu’en 1986, an­née où il est fu­sillé.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.