Le­lan­dais écoeure les sa­la­riés de Vi­varte

L'Obs - - La Téléphone Rouge - CO­RINNE BOUCHOUCHI

Em­pê­cher le dé­pe­çage d’en­tre­prises par des fonds vau­tours. » Pa­rue dans « les Echos » le 9 jan­vier, une tri­bune bien sen­tie dé­nonce l’ac­qui­si­tion par LBO (achat par la dette) de groupes comme Vi­varte (An­dré, Naf Naf, Koo­kaï…) ou SoLo­cal (ex-Pa­gesJaunes). Le hic, c’est que cette phi­lip­pique si­gnée Marc Le­lan­dais (pho­to), an­cien di­ri­geant de Vi­varte, a fait bon­dir les syn­di­cats: certes, l’an­cien pré­sident a convain­cu en 2014 les fonds créan­ciers du groupe tex­tile d’ef­fa­cer 2 mil­liards d’eu­ros de dette (sur 2,8 mil­liards), mais sa stra­té­gie de mon­ter en gamme l’en­seigne dis­count La Halle fut un échec cui­sant. Dé­bar­qué en oc­tobre 2014, il a tout de même em­po­ché 3 mil­lions d’eu­ros d’in­dem­ni­tés de dé­part. Une in­for­ma­tion qu’il conteste, mais qu’une source proche des ac­tion­naires confirme à « l’Obs »… Alors pour­quoi une telle tri­bune ? Tout à la res­tau­ra­tion de son châ­teau au coeur d’Am­boise, l’ac­tuel pré­sident de Pa­cel­lo & Co, so­cié­té de conseil en ma­na­ge­ment, ron­geait son frein en si­lence. Jus­qu’à ce que le vi­rus de la po­li­tique le sai­sisse et qu’il of­fi­cia­lise dé­but jan­vier sa can­di­da­ture aux lé­gis­la­tives en In­dreet-Loire sous la ban­nière de Jean-Ch­ris­tophe Fro­man­tin (centre droit), se tar­guant au pas­sage de dé­ve­lop­per l’em­ploi en Tou­raine. Les em­ployés de Vi­varte, qui ont vu pas­ser quatre pa­trons en deux ans et su­bissent un nou­veau plan so­cial, pour­ront-ils frap­per à la porte du châ­te­lain pour trou­ver un job ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.