GIRMA BÈYÈNÈ & AKALÉ WUBÉ MISTAKES ON PURPOSE

L'Obs - - Critiques - GRÉ­GOIRE LEMÉNAGER

Bu­da Mu­sique

Il pa­raît que Girma Bèyènè a été une sorte de Ray Charles éthio­pien, qui a fait swin­guer le pays de Hai­lé Sé­las­sié dans les an­nées 1960 et 1970, avant de fuir en 1981 et de dis­pa­raître de la cir­cu­la­tion. Le voi­là qui re­fait sur­face, fa­çon Slow Joe & the Gin­ger Ac­ci­dent, en com­pa­gnie d’un jeune quin­tet pa­ri­sien qui a l’éthio-jazz dans le sang : avec ses wah-wah hal­lu­ci­nées, ses par­ties de cuivres et sa basse puis­sante, Akalé Wubé maî­trise un groove dia­bo­lique, entre reg­gae, funk et sal­sa. Quand Girma Bèyènè, ir­ré­sis­tible croo­ner, pose son pia­no-voix là-des­sus, on se dit qu’il n’est ja­mais trop tard pour rat­tra­per le temps per­du.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.