Mu­si­cal Tour

La ville de la ré­vo­lu­tion in­dus­trielle et du foot est aus­si celle du rock. Une étape mu­si­cale de plus en plus cou­rue dans le nord-ouest de l’An­gle­terre

L'Obs - - Tendances - Par NA­THA­LIE FU­NÈS

C’est une ville de briques rouges, cé­lèbre pour ses clubs de foot, ses an­ciennes fi­la­tures de co­ton et ses groupes de rock. Dans les an­nées 1980, on ne par­lait que de la scène mu­si­cale « Mad­ches­ter ». Là, dans le nord-ouest de l’An­gle­terre, le long de la ri­vière Ir­well, sont nés les prin­ci­paux groupes bri­tan­niques des an­nées post-punk: The Smiths, Joy Di­vi­sion, New Or­der, The Stone Roses, Sim­ply Red et, plus ré­cem­ment, Oa­sis. « Li­ver­pool [la ville des Beatles] fait des chan­sons, ré­sume Ed Gli­nert, guide à l’agence New Man­ches­ter Walks, qui or­ga­nise des cir­cuits mu­si­caux. Ici, nous fai­sons des sons. »

BER­CEAU DE LA “MAD­CHES­TER”

Il faut flâ­ner au sud, le long du ca­nal Ro­ch­dale, où se dressent les an­ciennes usines tex­tiles qui ont fait de la ville le ber­ceau de la ré­vo­lu­tion in­dus­trielle. Par­tout, des traces de la scène mu­si­cale man­cu­nienne. Ici, sur Lit­tle Pe­ter Street, le dé­funt club Board­walk, où Oa­sis a don­né en 1991 son pre­mier concert de­vant seule­ment 20 per­sonnes, et l’in­con­tour­nable Sun House, la mai­son de To­ny Wil­son, pro­duc­teur nu­mé­ro 1 de la « Mad­ches­ter » et hé­ros du film « 24 Hour Par­ty People », sor­ti en 2002. Un peu plus à l’est, sur Whit­worth Street, la my­thique boîte de nuit l’Ha­çien­da, qui a fer­mé en 1997 après le dé­cès d’une jeune fille par over­dose, a été trans­for­mée en ap­par­te­ments.

En re­mon­tant vers le centre-ville, un ar­rêt s’im­pose de­vant la fa­çade du Free Trade Hall, long­temps l’une des plus grandes salles de concerts du pays, par­tiel­le­ment dé­truite par un bom­bar­de­ment pen­dant la Se­conde Guerre mon­diale, et dé­sor­mais oc­cu­pée par l’hô­tel Ra­dis­son Blu Ed­war­dian. En juillet 1976, les Sex Pis­tols y ont don­né un concert mé­mo­rable. Dans la salle, il y avait Ian Cur­tis (Joy Di­vi­sion), Mark E. Smith (The Fall), Mick Hu­ck­nall (Sim­ply Red), Ste­ven Pa­trick Mor­ris­sey (The Smiths), la plu­part ado­les­cents. La lé­gende veut qu’ils aient tous dé­ci­dé de de­ve­nir mu­si­ciens à ce mo­ment-là. A quelques di­zaines de mètres trône St Ma­ry’s Church, la seule église ca­tho­lique de la ville, bâ­tie au xviiie siècle et où se sont dé­rou­lées les fu­né­railles de To­ny Wil­son, en août 2007, avec « At­mos­phere », la chan­son de Joy Di­vi­sion, en bande-son. « On dit que la “Mad­ches­ter” est morte ce jour-là », ra­conte Ed Gli­nert.

BARS ET BA­ZARS VIN­TAGE

La vi­site du Man­ches­ter mu­si­cal se ter­mine par un tour dans le Nor­thern Quar­ter, le quar­tier al­ter­na­tif du nord du centre-ville, ar­ti­cu­lé au­tour de ruelles étroites et d’an­ciens en­tre­pôts in­dus­triels. Consi­dé­ré comme la Mecque des DJ, l’en­droit re­gorge de bars (Com­mon, Ter­race…), salles de concerts (Band on the Wall, Soup Kit­chen…), ma­ga­sins de disques (Pic­ca­dilly Re­cords, Vi­nyl Ex­change) et ba­zars vin­tage comme le pa­lais d’Af­fleck. On se doit en­fin d’as­sis­ter à un live à l’Eve­ning News Are­na, l’une des plus grandes salles en Eu­rope, si­tuée un peu plus au nord. Sont pré­vus pro­chai­ne­ment Deep Purple, The Who, Bru­no Mars et Ra­dio­head.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.