Fran­çois Fillon

Le 6 fé­vrier, lors d’une confé­rence de presse, il a pré­sen­té ses ex­cuses pour avoir « col­la­bo­ré avec sa fa­mille en po­li­tique ».

L'Obs - - Le Téléphone Rouge -

« Ja­mais un can­di­dat à la pré­si­den­tielle, à quelques se­maines de l’élec­tion, ne s’est li­vré à un tel exer­cice de vé­ri­té. » BRU­NO RE­TAILLEAU, co­or­di­na­teur de la cam­pagne de Fran­çois Fillon

« Fran­çois Fillon a dit à la droite: “J’ai com­mis une faute, mais vous n’avez pas le choix.” […] Il a pris en otage son propre camp. » JEAN CH­RIS­TOPHE CAMBADÉLIS, sur BFMTV

« Fran­çois Fillon nous a ex­pli­qué qu’il ne vou­lait pas se sou­mettre au tri­bu­nal mé­dia­tique et il fait une grande confé­rence de presse pour ve­nir de­man­der par­don de quelque chose dont il ex­plique que c’est par­fai­te­ment lé­gal. » MA­RINE LE PEN, sur LCI

« Fillon: la droite mé­ri­tait mieux. La France aus­si. » JEAN LUC MÉ­LEN­CHON, sur son compte Twit­ter

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.