IDEN­TI­TÉ, LAÏ­CI­TÉ

L'Obs - - Societe -

Res­pect de la loi de 1905 sur la sé­pa­ra­tion des Eglises et de l’Etat, au nom du prin­cipe de li­ber­té de conscience, du texte de 2005 sur l’in­ter­dic­tion du port de signes re­li­gieux à l’école et sur ce­lui de 2010 sur la dis­si­mu­la­tion du vi­sage dans l’es­pace pu­blic. Pas d’in­ter­dic­tion du voile à l’uni­ver­si­té ou pour les mères de fa­mille lors des sor­ties sco­laires L’or­ga­ni­sa­tion de l’is­lam en France et le com­bat contre une forme ra­di­cale de l’is­lam ne doivent pas pas­ser par de nou­veaux textes ou de nou­velles lois. L’iden­ti­té fran­çaise est dé­fi­nie comme mo­bile et mul­tiple, « en per­pé­tuel mou­ve­ment »

L’avis de Phi­lippe Por­tier « Pour Em­ma­nuel Macron, la so­cié­té fran­çaise se construit dans l’his­toire sans ja­mais s’ar­rê­ter à une iden­ti­té fixée et en se nour­ris­sant de ra­cines mul­tiples, pas seule­ment chré­tiennes. Il consi­dère éga­le­ment que la France s’est consti­tuée au­tour de la li­ber­té de conscience. Sa

concep­tion de la laï­ci­té, très li­bé­rale, se ré­fère aux textes de 1905. La re­li­gion mu­sul­mane est, pour lui, com­pa­tible avec la Ré­pu­blique à par­tir du mo­ment où elle en res­pecte les lois. Il est op­po­sé au cou­rant néo­ré­pu­bli­cain, où l’on trouve aus­si bien des so­cia­listes, comme Ma­nuel Valls, que des re­pré­sen­tants de la droite, qu’Em­ma­nuel Macron juge adeptes d’une laï­ci­té “re­van­charde”, en com­bat contre l’is­lam. Il se rap­pro­che­rait da­van­tage sur ce ter­rain d’un Alain Jup­pé. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.