FAUT-IL EN­CORE CROIRE AUX SCPI ?

L'Obs - - Placements -

Pla­ce­ment en pointe des der­nières an­nées, les so­cié­tés ci­viles de pla­ce­ment im­mo­bi­lier (SCPI) conti­nuent à at­ti­rer les épar­gnants. Avec un ren­de­ment su­pé­rieur à 4,5% sou­vent pré­sen­té comme sans risque, c’est ten­tant. De fait, la col­lecte est pas­sée de 3 à plus de 5 mil­liards d’eu­ros entre 2012 et 2016. Reste à in­ves­tir un tel af­flux d’épargne sur un mar­ché somme toute as­sez étroit, ce­lui de l’im­mo­bi­lier pro­fes­sion­nel (en­tre­prises, com­merces, ser­vices). Une bulle est-elle à craindre avec des biens ac­quis trop cher et trou­vant dif­fi­ci­le­ment lo­ca­taire ? Pour s’en pré­mu­nir, les SCPI di­ver­si­fient leurs ac­qui­si­tions, se tour­nant no­tam­ment vers les mé­tro­poles eu­ro­péennes ou explorant de nou­veaux mar­chés, comme ce­lui des éta­blis­se­ments de san­té. Une voie à suivre : « Nous pro­po­sons à nos clients un ser­vice de construc­tion d’un por­te­feuille de SCPI, comme on le fe­rait avec des si­cav, avec des so­cié­tés in­ves­ties dans des types d’im­mo­bi­lier dis­tincts (com­merce, bu­reaux…), des zones géo­gra­phiques va­riées et pi­lo­tées par des ges­tion­naires dif­fé­rents », conseille Eric Ben­gel, di­rec­teur de l’offre de CD Par­te­naires. En re­vanche, on res­te­ra à l’écart des SCPI fis­cales au ren­de­ment ané­mique et aux pers­pec­tives de plus-va­lues très aléa­toires.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.