DO­PER SON AS­SU­RANCE-VIE

L'Obs - - Placements -

De­puis deux ans, as­su­reurs, ban­quiers et conseillers en ges­tion de pa­tri­moine (CGP) pré­disent la fin des fonds en eu­ros et poussent leurs clients vers les uni­tés de compte (UC) de leur contrat mul­ti­sup­port. Dans un contrat d’as­su­rance-vie mo­derne, l’épar­gnant pa­nache son épargne entre le fonds en eu­ros ga­ran­ti – le ren­de­ment est dé­fi­ni­ti­ve­ment ac­quis – et des uni­tés de compte – sou­vent des fonds in­ves­tis en ac­tions, dont la va­leur peut bais­ser. Entre le risque et la sé­cu­ri­té, les Fran­çais ont choi­si. En 2016, 80% de leurs ver­se­ments sont al­lés sur les fonds en eu­ros. Mais la sé­cu­ri­té a un prix : ce­lui d’un ren­de­ment pâ­lis­sant. En 2016, ils ont rap­por­té en moyenne 1,85%, soit 0,45 point de moins qu’en 2015.

Com­ment rendre des cou­leurs à son contrat ? D’abord, en ne se pré­ci­pi­tant pas sur ce­lui de sa banque. En gé­né­ral, ceux com­mer­cia­li­sés par les as­su­reurs, les as­so­cia­tions d’épar­gnants ou sur in­ter­net af­fichent des frais moins éle­vés et des ren­de­ments plus flat­teurs, comme l’in­dique notre ta­bleau éta­bli en col­la­bo­ra­tion avec le site GoodVa­lueForMo­ney.eu, site in­dé­pen­dant spé­cia­li­sé en as­su­rance-vie. En­suite, en ac­cep­tant de prendre des pa­ris cal­cu­lés. Pre­mière op­tion : les fonds ga­ran­tis en « eu­ros im­mo­bi­lier » Ces fonds en eu­ros al­ter­na­tifs sont pro­po­sés par cer­tains contrats en ligne ou de CGP. « Leurs gé­rants dé­ve­loppent une stra­té­gie d’in­ves­tis­se­ment dif­fé­rente de celle des fonds en eu­ros clas­siques qui sont ma­jo­ri­tai­re­ment in­ves­tis en obli­ga­tions d’Etat dont le taux peine à at­teindre 1% », ex­plique Laurent Flé­chet, pré­sident du di­rec­toire de Pri­mo­nial REIM. Ain­si, les fonds en eu­ros im­mo­bi­lier com­portent jus­qu’à deux tiers de va­leurs im­mo­bi­lières (SCPI, SCI, OPCI, fon­cières) qui sou­tiennent le ren­de­ment. Exemple avec son contrat Sé­ré­ni­pierre : là où son fonds en eu­ros clas­sique a rap­por­té 2,15%, le fonds en eu­ros im­mo­bi­lier af­fiche 3,6%. Mais ne vient pas qui veut : pour ac­cé­der à ces su­per-fonds en eu­ros, il faut orien­ter ici au moins la moi­tié de son ver­se­ment sur des uni­tés de compte et li­mi­ter l’ali­men­ta­tion du fonds eu­ros im­mo­bi­lier à 35%. Se­conde op­tion : do­ser sa part de risque Par­ti­san d’une di­ver­si­fi­ca­tion ap­puyée sur des convic­tions, Cy­rille Char­tier-Kast­ler, pré­sident fon­da­teur de GoodVa­lueForMo­ney.eu, pré­fère conser­ver sa li­ber­té de mou­ve­ment. « Mieux vaut sous­crire un fonds en eu­ros clas­sique, qui n’im­pose pas de contraintes, et orien­ter une par­tie de ses ver­se­ments vers des uni­tés de compte de qua­li­té », re­com­mande-t-il. C’est la règle de base : ne sous­crire que des UC in­ves­ties sur des mar­chés que l’on peut com­prendre. A cet égard, on res­te­ra à l’écart des fonds de fonds, lourds en frais. Et on li­mi­te­ra aus­si son ex­po­si­tion en ac­tions au risque que l’on se sent prêt à prendre. Par­mi les fonds no­tés 5 étoiles par Mor­ning­star et sé­lec­tion­nés par son site, ci­tons : Cen­ti­fo­lia C (DNCA), Ob­jec­tif Pa­tri­moine Crois­sance (La­zard Frères) et Ma­gel­lan C (Com­gest).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.