Le der­nier amour de JFK

UN MEURTRE À GEORGETOWN, PAR JEAN LESIEUR, L’ARTILLEUR, 198 P., 18 EU­ROS.

L'Obs - - Critiques - FRAN­ÇOIS FO­RES­TIER

Juste avant d’être tué à Dal­las, JFK, grand sé­duc­teur, avait un se­cret : sa maî­tresse de l’époque, Ma­ry Pin­chot Meyer, ex-épouse d’un boss de la CIA, femme in­tel­li­gente, belle et libre, l’avait conquis. Elle fut peu­têtre même le seul grand amour de Ken­ne­dy… Le 12 oc­tobre 1964, presque un an après la mort du pré­sident, elle était as­sas­si­née à Wa­shing­ton. Son tueur ne fut ja­mais re­trou­vé. Jean Lesieur re­prend l’en­quête : passent les ombres de James J. An­gle­ton, le contrees­pion pa­ra­no ; Youri No­sen­ko, le trans­fuge le plus connu de ces an­nées-là ; Al­len Dulles, le pa­tron de la CIA, hon­ni par JFK ; Ana­to­li Go­lit­sine, faux re­pen­ti so­vié­tique et vrai faux-cul in­ter­na­tio­nal ; Ben Brad­lee, beau-frère de Ma­ry et ré­dac chef du « Wa­shing­ton Post »… Quel tan­go ! Les se­crets s’ac­cu­mulent, les lé­gendes cir­culent et cha­cun est sûr que Ma­ry Pin­chot Meyer dé­tient des se­crets d’Etat. Un beau ro­man d’es­pion­nage… sauf que ce n’est pas un ro­man. C’est du vrai de vrai.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.