Le ca­hier cri­tiques

WIN­TER IS CO­MING, PAR PIERRE JOURDE, GAL­LI­MARD, 160 P., 15 EU­ROS (EN LI­BRAI­RIES LE 9 MARS).

L'Obs - - Sommaire - JÉ­RÔME GAR­CIN

Ci­né­ma, livres, mu­sique, ex­po­si­tions, théâtre... Notre sé­lec­tion

Dès le dé­but, d’une voix tom­bale, Pierre Jourde nous an­nonce qu’il va mou­rir, son bel en­fant ath­lé­tique de 20 ans, et pour­tant, oh le pou­voir de la lit­té­ra­ture lors­qu’elle est si vi­gou­reuse et sou­ve­raine, on veut en­core en dou­ter, on s’obs­tine à es­pé­rer qu’il va pou­voir s’en ti­rer. Ga­briel Jourde (pho­to), alias Ga­zou, alias Black Soul, alias Kid At­laas, sem­blait en ef­fet in­vin­cible. Il ai­mait trop la vie pour ac­cep­ter qu’on la lui vo­lât. Il avait un sou­rire, une bien­veillance et un ta­lent désar­mants. Na­geur, cou­reur, des­si­na­teur et beat­ma­ker, il com­po­sait des mu­siques en­sor­ce­lantes et ir­ré­fu­tables – dont ce « Win­ter is co­ming » qui donne son titre au livre. Et cet en­fant uni­ver­sel, au­ver­gnat par son père, mar­ti­ni­quais et ar­mé­nien par sa mère, sem­blait même réus­sir à se jouer de la ma­la­die. Sa ma­la­die ? Un can­cer du rein ra­ris­sime (une dou­zaine de cas dans le monde), as­so­cié à la dré­pa­no­cy­tose et d’ori­gine gé­né­tique, tou­chant ex­clu­si­ve­ment des Noirs et des mé­tis entre 18 et 22 ans, contre le­quel la Fa­cul­té reste désem­pa­rée, comme pa­ra­ly­sée. Dans ce ré­cit, dont les der­nières pages sont lit­té­ra­le­ment in­sou­te­nables, l’au­teur de « Pays per­du » fait le por­trait, à la san­guine, du fils per­du. Il ra­conte, de juin 2013 à mai 2014, la der­nière an­née de Ga­briel, cette sai­son en en­fer. Les opé­ra­tions, les sé­jours à la Sal­pê­trière, les scan­ners et IRM, les tsu­na­mis in­tes­ti­naux, les ater­moie­ments mé­di­caux et les ré­mis­sions illu­soires, jus­qu’à ce mois d’avril 2014, où, sou­dain, un rêve passe. Pour les va­cances pas­cales, Pierre Jourde, Hé­lène, sa se­conde femme, et Jean, le pe­tit de­mi-frère, em­mènent Ga­briel à La Tri­ni­té, sur l’île de la Mar­ti­nique. Toute la fa­mille at­tend et fête l’en­fant pro­digue et ma­lade. Il fait beau, la mer brille, Ga­zou ga­zouille, on di­rait que le mé­chant crabe a dis­pa­ru sous le sable de la plage aux pal­miers. Pierre Jourde pho­to­gra­phie son fils, qui a re­pris du poids et des cou­leurs, fai­sant la sieste dans un tran­sat. Le temps de la tra­gé­die semble mi­ra­cu­leu­se­ment sus­pen­du. Ga­zou note sur un bout de pa­pier : « Je ferme les yeux afin de me dé­lec­ter de chaque se­conde si in­tense et pro­fonde. Est-ce donc ce­la le bon­heur ? […] Dé­sor­mais, plus rien ne peut me sé­pa­rer de cet état de plé­ni­tude. C’est le genre d’ins­tant éphé­mère, si proche du nir­va­na, qu’on ai­me­rait pou­voir vivre une éter­ni­té. » Deux se­maines plus tard, le 17 mai 2014, le rê­veur ca­ri­béen s’étei­gnit dans un hô­pi­tal pa­ri­sien et son père hur­la. Le cri ré­sonne en­core dans ce texte, qui est une boule de cha­grin, de ré­volte et de dé­tresse. Mais « Win­ter is co­ming », c’est aus­si, sur YouTube, le mor­ceau al­lègre, dan­sant et conso­lant de Kid At­laas, un ti-punch à la main, face à la mer.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.