10 choses à sa­voir sur…

La se­cré­taire d’Etat à l’Eco­no­mie numérique a dé­mis­sion­né du gou­ver­ne­ment pour mieux se consa­crer à la cam­pagne pré­si­den­tielle de Be­noît Ha­mon

L'Obs - - Sommaire - SO­PHIE FAY

Axelle Le­maire

1 TROP PLEIN

Sou­vent en re­tard, cou­rant d’un ren­dez­vous à l’autre, Axelle Le­maire, se­cré­taire d’Etat à l’Eco­no­mie numérique et l’In­no­va­tion, confiait à « l’Obs », peu avant sa dé­mis­sion : « Il va fal­loir que je fasse des choix et vite. » Faire cam­pagne pour re­trou­ver son siège de dé­pu­té de la troi­sième cir­cons­crip­tion des Fran­çais éta­blis hors de France, tra­vailler sur le pro­jet de Be­noît Ha­mon, par­ti­ci­per au gou­ver­ne­ment et s’oc­cu­per de ses trois en­fants (le der­nier a un peu plus d’un an), ce­la fai­sait beau­coup.

2 LÉ­GIS­LA­TIVES

Sa cir­cons­crip­tion, Axelle Le­maire l’adore. Elle va du Royaume-Uni à la Scan­di­na­vie et en­globe Londres, que l’on qua­li­fie de 21e ar­ron­dis­se­ment de Pa­ris ou de sixième ville de France. Cette Fran­co-Ca­na­dienne, née il y a qua­rante-deux ans à Ot­ta­wa, s’y sent comme un pois­son dans l’eau. Elue dé­pu­tée pour la pre­mière fois en 2012, elle veut tout faire pour conser­ver son siège en 2017.

3 PI­GEONS

Les en­tre­pre­neurs du numérique l’adorent. Après s’être ré­vol­tés contre les pro­jets fis­caux du dé­but du quin­quen­nat d’Hol­lande au sein de l’or­ga­ni­sa­tion France Di­gi­tale, in­car­na­tion du mou­ve­ment des « pi­geons », ils avaient lan­cé le ha­sh­tag #KeepF­leur pour mon­trer leur at­ta­che­ment à Fleur Pel­le­rin après sa no­mi­na­tion à la Culture. Ils viennent de lan­cer un #Mer­ciAxelle pour sa­luer l’ac­tion de cette der­nière.

4 QI

Le 21 fé­vrier, Axelle Le­maire réunis­sait à Ber­cy les plus grands cher­cheurs fran­çais en in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle pour ten­ter de dé­fi­nir une « stra­té­gie na­tio­nale », un su­jet qui lui tient très à coeur (au­tant qu’à ses icônes, Ba­rack Oba­ma et Jus­tin Tru­deau). « Vous ima­gi­nez ce que ça don­ne­rait si on ad­di­tion­nait tous les QI réu­nis dans cette salle », glisse la se­cré­taire d’Etat en apar­té. Au mo­ment de prendre la pa­role pour or­ga­ni­ser les dé­bats… Même pas peur ! Di­recte, sûre d’elle, sans ar­ro­gance, sou­riante, elle ar­bitre et recadre tran­quille­ment les dis­cus­sions.

5 MÉ­THODE

Ecou­ter la so­cié­té ci­vile, les cher­cheurs, les en­tre­pre­neurs avant de dé­ci­der, de fi­na­li­ser un pro­jet de loi. Avoir une ap­proche ou­verte, « bot­tom-up », du bas vers le haut, « c’est une mé­thode de gou­ver­ne­ment », in­siste Axelle Le­maire. Elle lui a plu­tôt bien réus­si pour pré­pa­rer sa loi pour une Ré­pu­blique numérique (droit à l’ou­bli, por­ta­bi­li­té des don­nées, cou­ver­ture numérique du ter­ri­toire, re­con­nais­sance of­fi­cielle de l’e-sport…), adop­tée à l’una­ni­mi­té, en sep­tembre der­nier.

6 MACROPHOBIE

L’ex-se­cré­taire d’Etat s’en­gage-t-elle aux cô­tés de Be­noît Ha­mon ou contre Em­ma­nuel Ma­cron? Sa co­ha­bi­ta­tion à Ber­cy avec le can­di­dat d’En Marche! s’est plu­tôt mal pas­sée. « Il se plaît beau­coup avec les per­son­na­li­tés plus âgées que lui, avec celles de sa gé­né­ra­tion, il se sent en concur­rence », lâche un proche d’Axelle Le­maire. Elle a dû haus­ser le ton pour conser­ver le pi­lo­tage de sa loi numérique. Axelle Le­maire a du ca­rac­tère.

7 TAXE SUR LES RO­BOTS

Là, elle se montre beau­coup moins en­thou­siaste qu’Ha­mon. Pour elle, « le pro­grès tech­no­lo­gique et le pro­grès so­cial vont de pair ». Et il ne faut sur­tout pas frei­ner le pre­mier. Elle in­siste: les en­tre­pre­neurs qui uti­lisent l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle vont bais­ser les coûts, mais aus­si créer de l’em­ploi et amé­lio­rer la vie au tra­vail. 8 MÉ­DIA­TION Fran­çois Fillon a mi­ni­mi­sé la frac­ture numérique. Pas elle. Elle cite le rap­port du Dé­fen­seur des Droits, Jacques Tou­bon et in­siste: plus le numérique se dé­ve­loppe (no­tam­ment dans les ser­vices pu­blics), plus il faut des mé­dia­teurs hu­mains.

9 BUD­GET

« 2,2% de notre bud­get na­tio­nal consa­cré à la re­cherche, c’est trop peu par rap­port aux pays à la pointe de l’in­no­va­tion », mar­tèle-t-elle. Elle veut que l’Etat aille plus loin pour en­traî­ner le pri­vé et que le cré­dit d’im­pôt re­cherche, niche fis­cale sou­vent cri­ti­quée à gauche, soit pé­ren­ni­sé car « c’est un fac­teur d’at­trac­ti­vi­té en France ».

10 LANCEUSE D’ALERTE

Après avoir joué son rôle de lan­ceur d’alerte sur le grand fi­chier du mi­nis­tère de l’In­té­rieur, Axelle Le­maire agite le pro­jet de cin­quième li­ber­té de la Com­mis­sion eu­ro­péenne. Pour cé­lé­brer les 60 ans du trai­té de Rome, la Com­mis­sion veut ins­crire dans le marbre la li­ber­té de cir­cu­la­tion des don­nées (comme les per­sonnes, biens, ser­vices, ca­pi­taux). At­ten­tion, crie Le­maire ! Les Gafa se­ront les pre­miers à en pro­fi­ter. Ne tou­chons à rien avant de cla­ri­fier cer­tains prin­cipes: res­pect de la vie pri­vée, trans­pa­rence des al­go­rithmes, pro­prié­té ou ré­mu­né­ra­tion…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.