10 choses à sa­voir sur… Do­mi­nique Fillon

Le frère ca­det du can­di­dat de la droite et du centre est pia­niste de jazz. Un rebelle, lui aus­si…

L'Obs - - Soomaire - FABRICE PLISKIN

CAS­SE­ROLE

Ima­gine-t-on Keith Jar­rett mis en exa­men? Pia­niste de jazz droit dans ses notes, Do­mi­nique Fillon est le frère ca­det de Fran­çois Fillon, can­di­dat à l’élec­tion pré­si­den­tielle. « Ça n’a pas été simple, mais les avan­tages et les in­con­vé­nients de ma si­tua­tion fa­mi­liale com­mencent à s’équi­li­brer et je trouve de toute fa­çon mer­veilleux d’avoir pour frère un mec comme lui, sans au­cune cas­se­role et droit dans ses bottes. » Une ci­ta­tion sur­an­née, qui date de 2012.

SOURCILS

A cause de ses sourcils et de sa res­sem­blance avec un cé­lèbre homme po­li­tique de la Sarthe, Do­mi­nique Fillon aime à ré­pé­ter ce trait qui frise l’as­sas­si­nat po­li­tique: « Si je mets un cos­tume et que j’ai la raie sur le cô­té, je suis mort. »

SOIXANTE HUITARD

Né en 1968 au Mans, Fillon a pu­blié quatre disques, dont le der­nier s’in­ti­tu­lait « Born in 68 ». Il ne se cache pas de pra­ti­quer le jazz, cette mu­sique ul­tra­li­bé­rale, ré­tive à tout car­can, à toute norme, à toute fron­tière, fon­dée sur la li­ber­té d’échan­ger et d’en­tre­prendre avec ses par­te­naires, bref, un art dont l’ob­jec­tif est le plein-em­ploi de notre « li­ber­té de cher­cher, d’in­no­ver, de s’ex­pri­mer », comme dit, à pro­pos d’autre chose, Fran­çois Fillon dans son livre « Faire ».

GRANDS FRÈRES

Do­mi­nique gran­dit à Cé­rans-Foul­le­tourte, dans la Sarthe, en écou­tant les disques de ses grands frères, Pierre, Ar­naud et Fran­çois, qui rêve alors de de­ve­nir « croo­ner », quoi­qu’il chante « faux », se­lon Do­mi­nique. Le jeune Cé­ra­nais-Foul­le­tour­tois écoute les Beatles, Pink Floyd, Jef­fer­son Air­plane. Il dé­couvre la mu­sique noire amé­ri­caine le jour où Fran­çois, de re­tour d’un voyage aux Etats-Unis, rap­porte à la mai­son le disque « Off the Wall ». Al­bum où Mi­chael Jack­son re­fuse de se re­ti­rer (« Don’t Stop ‘til You Get Enough »).

PLAN B

A 17 ans, cet au­to­di­dacte de la mu­sique se dé­tache du rock, vend son syn­thé­ti­seur et sa boîte à rythmes, pour un plan B comme Bré­sil. L’his­toire re­tient qu’il a dé­cou­vert la mu­sique bré­si­lienne grâce à la chan­son « Fais comme l’oi­seau » de Mi­chel Fu­gain, adap­ta­tion de « Vo­cê Abu­sou » d’An­tô­nio Car­los et Jocá­fi. « Ça vit d’air pur et d’eau fraîche, un oi­seau… » Bon. Mais ça perd aus­si ses droits au chô­mage après deux re­fus d’offres d’em­ploi, un oi­seau.

JUS­QU’AU BOUTISTE

Ne comp­tez pas sur le frère de Fran­çois Fillon pour re­cu­ler de­vant les unions contre nature. Ral­lie­ments qui l’ont me­né, par­fois, bien loin de sa fa­mille po­li­tique. Ses al­liés s’ap­pellent Mi­chel Fu­gain, Ber­nard La­villiers, Phi­lippe La­vil, An­gé­lique Kid­jo ou Steve Rod­by. Il a fait al­liance avec cha­cun, mal­gré leurs di­ver­gences. On pour­rait sou­rire de ses tête-à-queue ab­surdes s’ils n’étaient la preuve d’une to­tale ab­sence de co­hé­rence idéo­lo­gique. Mé­lo­dies? Non, pa­li­no­dies. Fillon na­vigue à vue entre grand écart et « glou­bi­boul­ga », comme on dit chez les Ré­pu­bli­cains. Dites-moi com­ment de­main il gou­ver­ne­ra la France avec des sou­tiens si dis­pa­rates.

EX­TRÉ­MISTE

En 2013, on a même vu Do­mi­nique Fillon pac­ti­ser avec les ex­trêmes: il a joué à la Fête de l’Hu­ma. Cet homme est-il dan­ge­reux?

VO­LEUR

Il vit dans les Yve­lines, aux Loges-en-Jo­sas, vil­lage de 1 507 ha­bi­tants, qui res­semble, dit-il, au « pays de Galles », terre na­tale de Pe­ne­lope Fillon. Les Loges-en-Jo­sas où le maire, Ca­ro­line Dou­ce­rain, est aus­si res­pon­sable des col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales dans le « pôle pro­jet » de Fran­çois Fillon. Les Loges-en-Jo­sas où, dit-on, vé­cut le vo­leur Fran­çois Villon, poète de l’en­ri­chis­se­ment per­son­nel. Villon, en pri­son !

PE­NE­LOPE

Do­mi­nique a – au moins – deux points com­muns avec sa belle-soeur, la « dis­crète » Pe­ne­lope Fillon. Il ne s’in­té­resse pas à « la po­li­tique po­li­ti­cienne » Il ne connaît pas M. Cré­pu, ex-di­rec­teur de « la Re­vue des deux mondes ».

SI­LENCE

On note que Do­mi­nique, tout mu­si­cien qu’il est, garde le si­lence de­puis les ré­vé­la­tions du « Ca­nard en­chaî­né » et qu’il n’est plus ja­mais ap­pa­ru pu­bli­que­ment au bras de son frère de­puis le dé­clen­che­ment de l’af­faire. Si­lence as­sour­dis­sant. Si­lence qui, comme on dit, com­mence à pe­ser.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.